9 décembre 1988, une date historique pour le football sétifien : L’ESS remporte la Coupe d’Afrique des clubs champions

10/12/2023 mis à jour: 12:29
1699
L’équipe de l’ESS championne d’Afrique en 1988

C’était une journée enneigée, la route menant vers le stade du 17 Juin de Constantine était bloquée.  Tout le monde attendait cette finale devant le club nigérian d’Iwan Wan You. La date du 9 décembre 1988 reste inédite et historique pour le football algérien et surtout inoubliable pour les Sétifiens.

 Pourquoi historique : c’était la première fois dans l’histoire du football africain qu’un club de deuxième Division accède d’abord en finale de la plus prestigieuse compétition des champions des clubs africains en éliminant Al Ahly du Caire chez lui puis remporte le fameux trophée lors d’une finale mémorable face au club nigérian Iwan Wan You. L’Entente sétifienne, drivée alors par le père spirituel du football sétifien et ancienne gloire de l’équipe FLN, le regretté Mokhtar Arribi, évoluait en deuxième division. 

Dès l’entame de la saison 87/88, le club avait été victime d’un scénario diaboliquement fomenté dans les ténèbres du football de l’époque, le reléguant à vivre dans la douleur une descente injuste en deuxième Division. Alors qu’il avait, une saison auparavant, remporté le championnat d’Algérie de l’édition 1987. Ayant commencé les éliminatoires de la Coupe d’Afrique des clubs champions, le club sétifien, occupé par les deux premiers tours éliminatoires, a été relégué en fin de saison en seconde Division. 

Ayant digéré cette funeste relégation, les joueurs réunis autour de leur entraineur Mokhtar Arribi avaient juré de ne quitter le club pour tout l’or du monde qu’après avoir remis l’Entente à la place qui lui sied parmi l’élite du football national. Cette volonté affichée par tous les joueurs attisés par ce sentiment d’avoir été l’objet d’une machination pour être relégués a boosté le groupe et donné des ailes aux joueurs que dirigeait le capitaine Abdelhakim Serrar. 
 

Cette équipe algérienne, l’ESS, qui terrassait tous les grands clubs du continent africain, en éliminant à partir des quarts de finale et allait éliminer le National Ahly du Caire chez lui et battre l’autre grand d’Afrique du football, le club nigérian Iwan Wan You, et paradoxalement se trouvait relégable en championnat d’Algérie. 

Cette situation insensée et contraire à toute logique avait fait dire au journaliste Gérard Dreyfus, spécialiste du football africain de la revue «Afrique Football : «On ne peut pas être premier en Afrique (Champion d’Afrique des clubs) et dernier dans son pays. Il y a sûrement quelque chose qui ne va pas dans le football algérien !» A méditer. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.