19e session de la Grande Commission mixte algéro-mauritanienne : 26 accords de coopération signés

15/09/2022 mis à jour: 15:35
947

Vingt-six accords de coopération bilatérale, dans différents domaines, ont été signé, hier, à l’occasion de la 19e session de la Grande Commission mixte de coopération algéro-mauritanienne, qui s’est tenue à Nouakchott, sous la présidence des Premiers ministres, Aïmene Benabderrahmane et Mohamed Ould Bilal Messaoud.

 Outre un projet de mémorandum d’entente relatif à l’exonération dans le cadre de la construction de la route Tindouf – Zouérate, les accords signés concernent entre autres l’enseignement supérieur, la formation professionnelle, la pêche, l’énergie, le commerce et la justice, notamment en matière d’extradition, pour ne citer que ceux-là. 

Le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, est revenu, lors de son intervention faite à la fin des travaux de la Grande commission mixte, sur les relations entre les deux pays qui, d’après lui, ont connu ces dernières années un «développement notable dans plusieurs domaines». 

En plus du poste frontalier commun, inauguré en 2018, et qui a permis l’intensification des échanges commerciaux, celui-ci a cité «le Comité mixte frontalier chargé de la coopération dans les domaines de développement des zones frontalières et la coordination sécuritaire face aux crimes transfrontaliers», mais aussi le projet de la route Tindouf –Zouérate. 

Ce dernier, financé par l’Algérie, faut-il le rappeler, et décidé par les deux pays au mois de décembre dernier, à l’occasion de la visite du président mauritanien, Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, en Algérie, revêt, comme l’a rappelé M. Benabderrahmane, «un caractère stratégique devant porter le partenariat algéro-mauritanien à un niveau supérieur d’intégration et de complémentarité».

Une infrastructure «vitale» qui «s’inscrit dans le cadre des plans d’intégration de l’Union africaine (UA) pour la réalisation de routes et des connexion terrestres entre les différentes régions du continent, connues également sous le nom des corridors». 

D’ailleurs, le Premier ministre algérien a rappelé, dans ce sens, que «l’Algérie avait lancé les premières démarches techniques et juridiques en vue de la réalisation de ce projet». Avec le pont Rosso, sur le fleuve Sénégal, un projet sénégalo-mauritanien, pour relier les deux pays, lancé en novembre 2021, «le corridor Alger – Dakar – Nouakchott sera une réalité», a encore estimé M. Benabderrahmane. 

Ce dernier a également insisté sur «l’importance de consolider la coopération bilatérale dans son volet sécuritaire, à travers l’activation des recommandations de la première session du Comité mixte frontalier tenue en novembre 2021, notamment au niveau de la commission sécuritaire, l’objectif étant de faire face aux défis que connaît la région tout en renforçant les formes de coopération décentralisée». Il faut noter en dernier lieu que les échanges commerciaux entre les deux pays ont connu un certain regain l’année dernière

Ayant été d’environ 50 millions de dollars, ces dernières années, comme l’a rappelé le Premier ministre, la valeur des échanges a baissé à 27,90 millions de dollar en 2020 en raison principalement de la pandémie. Mais, en 2021, le chiffre a atteint les 87,32 millions de dollars. En plus du poste frontalier, inauguré en 2018, l’Algérie a lancé, au mois de février dernier, une ligne maritime Alger – Nouakchott. 
 

Copyright 2022 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer