Une plateforme pour les marchés publics et privés : L’application Safakat voit le jour

14/06/2023 mis à jour: 18:25
1436

L’investissement dans les nouvelles  technologies attire de plus en plus de jeunes qui se lancent dans des projets innovants. 

Djamel Aït Ameur, originaire de la wilaya de Tizi Ouzou, a créé  la plateforme numérique Safakat  pour les marchés publics et privés. Il s’agit d’un système d’alerte des appels d’offres et autres  propositions commerciales pour les abonnés de cette application. 

L’objectif  consiste à suivre, via son smartphone, une transaction, une vente aux enchères, un avis d’appel d’offres et de consulter aussi le cahier des charges. «L’entrepreneur peut aussi, via notre plateforme,  suivre,  à travers des photos et vidéos instantanées son projet,  dès le début des travaux jusqu’à sa livraison. 

Il  n’aura plus aussi à subir cette corvée bureaucratique dans la constitution, à chaque fois, de documents administratifs exigés pour prendre part à une séance d’ouverture des plis ou une vente par adjudication, par exemple. Et pour cause, il disposera d’un dossier numérisé qui sera seulement actualisé en cas de besoin», précise M. Aït Ameur.  

Cette démarche, faut-il le souligner, permettra, à coup sûr, d’alléger les souffrances des entrepreneurs qui font face quotidiennement aux multiples  déplacements pour se faire délivrer notamment des pièces d’état civil et la présentation de tout document exigé pour prétendre à un marché public, notamment. «Il y a plus de 90 000 avis d’appels d’offres des marchés publics en Algérie. 

Donc, avec notre application, il sera facile de trouver le marché qui convient dans le temps et dans l’espace, car  tous les avis d’appel d’offres seront classés en fonction des domaines d’activité, de la région et de la période de réalisation», ajoute Djamel qui  nous dit avoir lancé, à titre expérimental seulement, récemment son application qu’il a conçue en collaboration avec un groupe d’ingénieurs  en informatique et de développeurs Web.  Safakat est utilisable dans trois langues, à savoir l’arabe, le français et l’anglais, et ce, en attendant l’introduction de tamazight. 

Par ailleurs, Djamel Aït Ameur, propriétaire d’un bureau d’études en ingénierie informatique et technique, estime que l’actuel code des marchés ne favorise pas l’émergence de ce genre de plateformes en Algérie où les marchés publics passent nécessairement par la publicité institutionnelle. 

«Il faut  des modifications dans le code des marché pour dématérialiser les procédures   administratives et s’adapter au fonctionnement à travers les nouvelles technologies de l’information et de la communication, car ce genre d’innovations permettra l’attribution des marché dans la transparence et la réalisation des projets dans les délais impartis puisqu’il existe un système permanent de suivi dès l’entame des travaux», souhaite-t-il. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.