UGTA à Souk Ahras : Un comité de transition pour le congrès de l’Union de wilaya

12/09/2022 mis à jour: 08:39
3912

Tenu en otage depuis des années par une nébuleuse mercantile composée essentiellement d’un groupe déstabilisateur issu des partisans de l’État théocratique, de syndicalistes sans assises au milieu des travailleurs et des rescapés de la vindicte populaire, voire de quelques marginaux implantés intentionnellement dans des secteurs névralgiques, l’UGTA compte aller droit vers la rupture par le biais d’un comité de transition. 

Installé depuis quelques mois avec comme premier responsable Faycel Zougari, un authentique syndicaliste qui jouit d’une bonne réputation et d’une fidélité infaillible à la ligne de son organisation, compte replacer cette entité rassembleuse dans le rang qui lui est dû. «Un important travail organique et organisationnel a été effectué jusque-là par le comité de transition désigné par la centrale syndicale aux fins de préparer le prochain congrès de l’Union de wilaya et assurer par voie de conséquence, une gestion meilleure des structures locales de l’UGTA», a déclaré le premier responsable dudit comité. 

Le renouveau et la rupture avec les anciennes méthodes réclamés à cor et à cri par l’ensemble des cadres syndicalistes et autres militants sectoriels sont aussi porteurs d’appréhensions par rapport à la composante de ce même comité où un magmatique groupe influent à l’est du pays, appelé communément «Le groupe d’Annaba» a réussi à imposer un représentant de la nébuleuse précitée. 
 

Le résumé des déclarations faites par des syndicalistes des secteurs des collectivités, des télécommunications, des assurances sociales toutes caisses confondues, de la santé, de la formation professionnelle, de l’agriculture, des ressources en eau et des finances, entre autres représentants, ne laisse aucune équivoque quant au degré de nuisance et aux procédés mis à exécution par ce groupe de pression local qui tente son ultime complot pour avorter le congrès de wilaya. «Nous ne pouvons nous reconnaitre à travers cette concomitance existante au sein de ce comité, osons dire, de salut où la présence fortement contestée du représentant de ceux-là mêmes qui sont à l’origine de la dépravation de notre organisation à l’échelle locale est conçue comme une page sombre que l’on refuse sciemment de tourner à défaut de déchirer», a déclaré un cheminot, qui a désigné par le nom un membre aux agissements et aux accointances attentatoires à la stabilité, à la crédibilité et surtout aux idées et autres idéaux de l’UGTA. 

«Une vague de déstabilisation avait touché, ces dernières années, et touche encore  la majorité des secteurs notamment la SNTF, la commune de Souk Ahras, celle de Mechroha, l’ONA, les entreprises publiques de production et c’est pratiquement le même scénario qui est perpétué pour implanter des sections syndicales fantoches, aux ordres et capables d’exercer une pression sur des directeurs nommés par décrets ou des chefs d’entreprises performantes. 

Les toutes récentes sorties sanctionnées par un rejet de la part des travailleurs ont eu pour cibles un projet stratégique pour le devenir de l’entreprise locale de textile et les changements internes opérés par le directeur des services agricoles, une compétence technique et administrative qui refuse d’abdiquer devant l’irrationnel», a expliqué un membre du conseil de wilaya. 

Ces appréhensions sont aussi justifiées par une récente implantation illégale de sections parallèles ayant pour but la création d’un bicéphalisme à travers toutes les structures, prélude au maintien des sbires de la nébuleuse en question. 

La gestion des fonds de l’UGTA, l’utilisation du patrimoine de cette dernière à des fins électorales, les collectes illégales auprès des œuvres sociales des différents secteurs, les recettes non inscrites de plusieurs millions de dinars, les réparations virtuelles et les excès dans les dépenses non justifiées, les procès verbaux d’installation des sections syndicales payés à raison de 5 millions de centimes la pièce...font partie d’un dossier fourni au journal au moment de la rédaction de cet article. 

C’est dire toute la gravité du dossier-UGTA à Souk Ahras. Nous y reviendrons.
 

Copyright 2023 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer