Trafic de drogues et de psychotropes à Guelma : Saisie de cocaïne, de chanvre indien et de Prégabaline

16/05/2023 mis à jour: 19:33
2258

La lutte inlassable menée par les services de la sûreté de la wilaya de Guelma contre le trafic de drogues, de psychotropes et de neuroleptiques en milieu urbain a porté ses fruits. Trois suspects ont été arrêtés et présentés, dimanche 14 mai, devant la justice dans deux affaires distinctes. 

L’exploitation des renseignements et l’intervention des éléments de la BRI (brigade de recherche et d’intervention) ont permis une saisie globale de 8 550 capsules de Prégabaline (de fabrication étrangère, 920 grammes de chanvre indien, 5 sachets de cocaïne (1,92 gramme) et des billets en devises. En effet, c’est à la BRI d’Héliopolis que les suspects et les produits prohibés ont été dévoilés à la presse juste avant leur comparution devant le tribunal de Guelma. «Je vous demande de respecter la procédure judiciaire en ne publiant vos articles et vidéos qu’après le prononcé du jugement qui interviendra dans l’après-midi, certainement», invite d’emblée la chargée à l’information à la sûreté de la wilaya. 

Quant aux deux affaires, selon la même source, il s’agit d’une part de l’arrestation d’une personne âgée de 35 ans à la cité du 1er Novembre 1954 dans la commune d’Héliopolis. À l’issue de cette arrestation et la saisie de 8550 capsules de Prégabaline (fabrication étrangère), 920 grammes de chanvre indien et une somme en dinars, le suspect a été mis sous mandat de dépôt. La deuxième affaire implique deux suspects âgés de 19 et 30 ans pour détention d’une quantité de cocaïne, armes prohibées (bombe lacrymogène et poignard). Ils ont été présentés devant la justice et ont écopé de 18 mois de prison ferme. 
 

La Prégabaline, un produit prisé  par les dealers

Si l’on se réfère aux réactions des officiers de la police et l’argumentaire qu’ils apportent face au trafic de Prégabaline, qui n’est autre qu’un produit pharmaceutique classé comme antiépileptique et antalgique contre les douleurs persistantes causées par des lésions de pathologies différentes, il n’en demeure pas moins «que la capsule est vendue entre 600 et 800 dinars; ce qui représente un gain alléchant pour les dealers et des faibles peines puisqu’ils ne sont accusés que de commercialisation d’un produit pharmaceutique sans justificatif administratif. 

Mélangée à un liquide gazeux (soda) le cocktail ferait planer, mais avec des effets foudroyants à long terme», précisent nos interlocuteurs. Contacté par téléphone, le président du Syndicat national des pharmaciens d’officines (SNAPO) à Guelma apporte d’autres précisions et il est catégorique. «Ce que je peux vous dire à ce sujet, c’est qu’au même titre que le Tramadol, un opioïde, ils ont été (le Tramadol et la Prégabaline) ajoutés en 2021 à la liste des psychotropes en Algérie sur insistance du SNAPO. La Prégabaline est délivrée sur ordonnance à deux souches aux malades identifiés», a indiqué notre interlocuteur. Notons enfin que la Prégabaline saisie à Héliopolis a été fabriquée en Inde. «Généralement ce trafic est transfrontalier», précisent à El Watan, les limiers de la police.     
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.