Tournée du président iranien en Afrique : Le Kenya comme première étape

13/07/2023 mis à jour: 06:35
AFP
510

Les présidents iranien Ebrahim Raïssi et kenyan William Ruto se sont engagés à renforcer les liens entre leurs deux pays hier à Nairobi, première étape de la première tournée africaine d’un dirigeant iranien depuis 11 ans, rapporte l’AFP.

Ce déplacement, qui devait initialement débuter mardi mais a été reporté d’un jour, intervient alors que Téhéran tente de rompre son isolement diplomatique en trouvant de nouveaux alliés sur la scène internationale. Le président Raïssi doit ensuite se rendre plus tard dans la journée en Ouganda, où il rencontrera son homologue Yoweri Museveni, puis sera aujourd’hui au Zimbabwe, pour s’entretenir avec le président Emmerson Mnangagwa.  Après son entretien avec son homologue kenyan, E. Raïssi a devant la presse qualifié sa visite au Kenya de «tournant dans le développement des relations entre les deux pays», ajoutant que ces discussions ont reflété «la détermination» des deux pays à «étendre leurs coopérations économique, commerciale, politique et culturelle». De son côté, le président Ruto a décrit l’Iran comme «un partenaire stratégique essentiel du Kenya» et annoncé la signature bilatérale de cinq protocoles d’accord dans divers secteurs dont les technologies de l’information, la promotion des investissements et la pêche. 

«Ces protocoles vont développer et approfondir encore plus nos relations bilatérales pour permettre une croissance et un développement plus soutenus entre nos deux pays», a-t-il ajouté. Il a indiqué que E. Raïssi lui a fait part du projet iranien d’installer une usine dans la ville portuaire de Mombasa (sud) «pour produire un véhicule de fabrication iranienne baptisé Kifaru, qui signifie rhinocéros en kiswahili» (la langue nationale du Kenya, ndlr).
 

Rompre l’isolement diplomatique

L’Afrique est devenue un champ de bataille diplomatique plus intense ces derniers mois entre l’Occident et la Russie, à couteaux tirés depuis l’intervention russe en Ukraine et qui tentent chacun de rallier à leurs camps les pays africains. Ces derniers sont entre-temps frappés de plein fouet par les fortes hausses de prix, alimentaires notamment, enregistrées depuis.

D’après l’agence de presse officielle iranienne Irna, E. Raïssi est accompagné en Afrique par son chef de la diplomatie et par une délégation d’hommes d’affaires. Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanani, a décrit cette tournée comme un «nouveau point de départ» de nature à doper les liens économiques et commerciaux entre Téhéran et les pays africains. L’Iran et les trois pays visités cette semaine ont de plus des «vues politiques communes», a-t-il affirmé lundi.

Téhéran a parallèlement renforcé ses liens avec la Chine et la Russie dans le cadre d’une stratégie tournée vers l’Est, alors que les relations restent tendues avec les Occidentaux, malgré des discussions indirectes engagées avec Washington, notamment sur le nucléaire. 

La semaine dernière, l’Iran a rejoint l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), une structure régionale créée en 2001 dont la Chine et la Russie sont des membres fondateurs.

Après s’être rendu en Indonésie, le président de la République islamique a visité en juin trois «pays amis» d’Amérique latine, le Venezuela, le Nicaragua et Cuba, où il a dénoncé «les puissances impérialistes», notamment les Etats-Unis.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.