Tipasa : Lancement officiel de la campagne de pêche au thon

24/05/2023 mis à jour: 22:37
1419
Le ministre de la Pêche recevant des explications sur la sécurité des navires - Photo : D. R.

En 2024, le secteur de la pêche devrait enregistrer une production nationale de 1300 tonnes, soit une progression de 13% par rapport à 2023.

C’est à partir du port de la localité de Gouraya (Tipasa) que le ministre de la Pêche et des Productions halieutiques, Ahmed Badani, a donné lundi le coup d’envoi officiel de la campagne de pêche au thon rouge. Treize thoniers ont largué les amarres à partir de Tipasa pour prendre part à cette campagne sur un effectif total de 32 thoniers répartis à travers les villes côtières du pays. Les autres navires participant à cette campagne prendront le départ progressivement à partir des ports d’Oran, Annaba, Tlemcen, Mostaganem et Aïn Témouchent, a indiqué Ahmed Bidani dans une déclaration à la presse.

La particularité pour cette année 2023, c’est la participation de trois thoniers entièrement construits en Algérie, ce qui, indéniablement, est un acquis pour le secteur des ressources halieutiques. L’Algérie a enregistré pour l’année 2023 une augmentation de son quota de 373 tonnes par rapport à 2022. Le nombre de thoniers est passé de 29 thoniers en 2022 à 32 thoniers en 2023.

Lors de sa visite à Tipasa, le ministre de la Pêche et des Productions halieutiques a procédé à l’inauguration d’une ferme d’élevage de moules sur le littoral de Gouraya, d’une capacité de production de 100 tonnes/ an. Un exposé lui a été présenté, à l’occasion, sur le projet d’une ferme d’élevage de daurade royale, ainsi que d’une micro entreprise spécialisée dans la fabrication d’équipements destinés aux bateaux de pêche, créée dans le cadre du Fonds de soutien à l’entrepreneuriat (FSE).

Perspectives nouvelles

Le littoral de la wilaya de Tipasa ouvre de nouvelles perspectives pour les investisseurs dans le domaine de la pêche. En 2024, le secteur de la pêche devrait enregistrer une production nationale de 1300 tonnes, soit une progression de 13% par rapport à 2023. Aussi, des ramendeuses ayant bénéficié d’une formation à l’école de formation des techniques de pêche et de l’aquaculture ont soulevé le problème des locaux.

Le wali de Tipasa, Boucetta Aboubakr Essedik, a, en ce sens, instruit le président de l’Assemblée communale (APC) de Cherchell à l’effet de «céder» les locaux inoccupés à ces mères de famille pour qu’elles puissent exercer leur métier. «Il n’est pas question que ces femmes s’aventurent à 4h au port de Cherchell pour aller travailler», a déclaré le wali. Il faut leur assurer toutes les conditions nécessaires pour qu’elles puissent travailler en toute sécurité.

Le volet relatif à la sécurité maritime a également été abordé lors des discussions qu’a eues le ministre de la Pêche avec plusieurs intervenants dans ce secteur, et ce, afin de diminuer les accidents qui se produisent en mer. A cette occasion, un exercice de simulation sur la formation en sécurité maritime, relatif à la lutte contre un incendie à bord d’un navire de pêche, a été exécuté par les enseignants et les élèves de l’école.

Cet exercice s’inscrit dans le cadre de la campagne nationale de sécurité maritime, organisée par la Chambre algérienne de la pêche et de l’aquaculture (CAPA), en coordination avec les établissements de formation du secteur, la société civile et différents partenaires.

Au niveau de l’école de pêche de Cherchell, les stagiaires ont par ailleurs évoqué les difficultés qu’ils rencontrent dans leur formation. En réponse à une question, le ministre de la Pêche a indiqué que «l’Algérie dispose d’un potentiel naturel énorme. Nous avons un bon exemple du récif artificiel à Oran»

«Pour le reste des wilayas côtières, en particulier Tipasa, les jeunes du mouvement associatif doivent s’imposer afin de concrétiser leurs projets», a-t-il affirmé.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.