Thaïlande : l'ex-premier ministre Thaksin Shinawatra libéré après six mois de détention

18/02/2024 mis à jour: 04:22
494

Dimanche matin, Thaksin Shinawatra, ancien Premier ministre thaïlandais, a recouvré sa liberté six mois après son retour d'un exil de quinze ans. 

Le milliardaire de 74 ans, qui a dirigé le pays de 2001 jusqu'au coup d'État de 2006, a été vu quittant l'hôpital de la police à Bangkok. Il portait un corset au cou et était accompagné de sa fille Paetongtarn.

Devant l'hôpital, quelques personnes protestaient contre sa libération. Après cela, Thaksin a rejoint son domicile à Bangkok, accueilli par une banderole confectionnée par ses petits-enfants sur le portail. Une sympathisante, arborant un t-shirt à l'effigie de Thaksin, a exprimé son soutien en déclarant qu'elle attendait devant sa maison depuis deux jours, affirmant que la présence de Thaksin signifierait un développement pour le pays.

Initialement condamné à huit ans de prison pour corruption et abus de pouvoir, Thaksin a bénéficié d'une grâce royale en septembre, réduisant sa peine à un an d'emprisonnement. En février, les autorités ont annoncé sa libération anticipée en raison de son âge et de sa santé. Ayant passé seulement six mois en détention, principalement à l'hôpital de la police en raison de problèmes de santé, Thaksin était rentré d'exil en août 2023.

Le Premier ministre Srettha Thavisin avait confirmé la libération de Thaksin pour le dimanche précédent. Le cadre de sa liberté conditionnelle n'est pas encore défini, mais il pourrait inclure un bracelet électronique ou des restrictions de déplacement, selon un expert interrogé par l'AFP. Le parti d'opposition Move Forward a exprimé des préoccupations quant à un traitement spécial.

Thaksin Shinawatra, autrefois très populaire, est suspecté d'avoir conclu un accord avec la monarchie et l'armée pour retrouver sa liberté. Il reste une figure influente grâce au parti familial Pheu Thai, dirigé par sa fille Paetongtarn. Cependant, le nom Shinawatra ravive des divisions en Thaïlande, notamment entre les partisans des politiques de redistribution et les élites de Bangkok.

Accusé de mélanger affaires privées et affaires d'État, Thaksin a été au centre de tensions entre les "chemises rouges" de ses partisans et les "chemises jaunes" liées à la monarchie. En 2010, des manifestations ont abouti à des affrontements meurtriers entre les deux groupes. Des reproches actuels émanent de ses partisans, accusant Thaksin d'avoir pactisé avec les militaires pour faciliter son retour après l'exil, notamment en formant une coalition gouvernementale avec des formations pro-armée aux élections de 2023. Ces manœuvres ont exclu le parti Move Forward, vainqueur du scrutin, de l'arène politique. En plus, Thaksin est également confronté à des accusations de lèse-majesté pour des déclarations en 2015, une affaire toujours en suspens devant la justice thaïlandaise.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.