Souheyr Méziane : Une physicienne qui innove dans l’énergie verte

13/01/2022 mis à jour: 19:03
1069
Photo : D. R.

Son brevet d’innovation vient d’être signé au niveau de l’INAPI. Il porte sur l’énergie écologique. Son auteure, le docteur Souheyr Méziane, chercheuse algérienne de l’université de Tlemcen. Portrait.

Elle a réussi à mettre au point une invention assurant une énergie verte. Elle s’en explique : «Le projet sur lequel je travaille concerne la conception de la batterie utilisée dans plusieurs domaines d’application de stockage de l’énergie propre (verte).»

Il fait suite à une publication scientifique de qualité grâce à laquelle elle s’est notamment distinguée. Les batteries Li-ion et Na-ion Optimisation du matériau d’électrode, publié en avril 2018, maison d’édition franco-allemande. Malheureusement, pas encore disponible pour les étudiants algériens. Cette native de Tlemcen, née en juin 1983, propose «une batterie qui promet d’occulter les énergies fossiles, sources de pollution pour l’environnement».

Alors que ces énergies sont non renouvelables et onéreuses, son invention, elle, permet de multiples applications : la voiture électrique, le défibrillateur, le smartphone, le laptot et autres.

Avec en prime, le respect de l’environnement. Par ailleurs, Mlle Méziane contribue au sein d’une équipe américaine pluridisciplinaire chapeautée par l’éminent Professeur d’origine algérienne, Noureddine Melikechi, actuellement doyen à l’université UMass – Massachusetts à un projet de recherche intitulé : «Looking for Spectral Signatures of Cancers, Covid-19 and Neuroglogical Diseases in Biomedical Fluids».

Elle en trace les grandes lignes : «Les études sur lesquelles je travaille avec le Professeur Noureddine Melikechi concernent les domaines de la biotechnologie et de la biomédecine qui promettent une nouvelle méthode de traitement par les analyses, les interprétations des ‘Big DATA’ et la prédiction de nouveaux traitements du Covid, du cancer et de l’Alzheimer.»

Actuellement, le docteur Souheyr Méziane est maître de conférences à l’Ecole supérieure en sciences appliquées -ESSAT- Tlemcen. Mademoiselle Souheyr est également membre de l’Unité de recherche des matériaux et énergies renouvelables -URMER- université Abou Bekr Belkaïd de Tlemcen et du Laboratoire d’étude et prédiction des matériaux -LEPM- université Abou Bekr Belkaïd de Tlemcen.

Elle résume l’intérêt de ses recherches par «un impact socio-économique qui réside dans l’encouragement de l’économie du savoir en proposant une coordination entre l’université et l’industrie en faisant appel à des équipes pluridisciplinaires, constituées de physiciens, chimistes, médecins, biologistes et pharmaciens.»

Tout un programme qui reste tributaire de la qualité et de la quantité des passerelles fonctionnelles entre les chercheurs et les opérateurs économiques. Les compétences innovatrices existent et la physicienne Souheyr Meziane les représente excellemment. Les industriels sauront-ils en tirer parti ? 

 

Copyright 2022 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous acceter les condition d'utilisation Plus d'informations Fermer