Sénatoriales à l’est

07/02/2022 mis à jour: 03:32
967

Le RND succède au FLN à Sétif

Le renouvellement d’une partie de la composante du Conseil de nation tenu samedi a été favorable au RND à Sétif. 
Dridi Mabrouk, enseignant à l’université de Bordj Bou Arréridj et élu à l’APC d’El Eulma, succède au Flniste Fateh Kerouani. 

Non concernés par l’opération du ressort exclusif des élus locaux, de nombreux citoyens de la capitale des Hauts-Plateaux, interrogés par El Watan estiment que le Sénat est une retraite dorée et n’influe pas sur la vie, le quotidien et le développement local. «Si le citoyen lambda ne connaît même pas le visage du maire, comment voulez-vous qu’il connaisse le rôle et l’impact d’un sénateur ne faisant pas mieux que ses prédécesseurs, lesquels ont passé leur mandat ou plutôt leur temps à entretenir leurs affaires. Il est aujourd’hui temps de revoir et de réformer de fond en comble certaines institutions dont l’inefficacité n’est plus à démontrer. Le moment est venu pour connaître le coût et la rentabilité d’un sénateur», diront des Sétifiens rencontrés du côté de l’ancienne grande poste. Accostés dans la placette prenant le relais de la terrasse du café du Lycée qui n’existe plus, des jeunes se démarquent : «Vous parlez d’élection sénatoriale. Vous êtes sérieux ?», s’interrogent ironiquement nos interlocuteurs ayant la tête sur les épaules. Et d’enchaîner : «Un représentant du peuple n’est pas un fantôme. La représentation c’est des actes. Qu’ils soient députés ou sénateurs, nos élus n’ont rien fait et ne feront absolument rien pour la collectivité. On voudrait bien qu’ils nous donnent leurs avis sur l’exode massif des jeunes médecins et ingénieurs obligés la mort dans l’âme d’aller mettre le savoir au service des autres. Nos élus pour lesquels le travail de proximité est un accessoire n’ont jamais essayé de comprendre le fléau de la harga. On n’a pas cherché non plus à trouver une solution au chômage à toute cette masse de jeunes écornés par l’oisiveté et le mal-être», maugréant des nos interlocuteurs ayant gros sur le cœur.              Kamel Beniaïche

Abdelkrim Boughanem élu à Souk Ahras

Abdelkrim Boughanem de Takattol El Ahrar a été élu sénateur, samedi, lors de l’opération de renouvellement partiel du Conseil de la nation avec 230 voix sur les 429 votants parmi les élus des instances locales. Il a dépassé de loin son concurrent du RND (102 voix) et tous les autres candidats au siège pourvu pour la wilaya de Souk Ahras. Ils sont six autres prétendants à avoir été écartés de cette course avec un nombre de voix entre 0 et 38. 
À noter que les tractations autour des sénatoriales avaient commencé bien avant les élections locales du 27 novembre dernier ouvrant les portes à toutes les formations en lice pour s’accommoder aux nouvelles donnes.  A. Djafri

Abdelhamid Boucherma plébiscité à Jijel

L’élu à l’APW, Abdelhamid Boucherma, a remporté samedi l’élection pour le renouvellement partiel des membres du Conseil de la nation dans la wilaya de Jijel. L’élu du bloc des indépendants a réussi à convaincre ses collègues de l’APW et des APC en récoltant 195 voix sur un total de 499 voix possibles. 
Le représentant du FLN, Ali Chemchem, élu à l’APC de l’Émir Abdelkader a pratiquement raflé le nombre de votants issus de son parti (115 voix sur 117 élus FLN) alors qu’à la troisième place, on retrouve le représentant du MSP, Messaoud Brighen qui a pu ratisser bien au-delà des élus de sa formation en hissant son compte à 108 voix pour 43 élus MSP. Enfin, le quatrième candidat, Bachir Abdelwaheb du front El Moustekbel n’a pu convaincre tous les votants de sa formation politique en réalisant juste 51 suffrages sur les 88 sièges de sa formation politique. Selon les résultats préliminaires, 11 élus ne se sont pas présentés devant les urnes, alors que 19 autres ont glissé des bulletins nuls.    Fodil S.

Saâdoune Moulay vainqueur à Oum El Bouaghi

Samedi dernier ont eu lieu les élections sénatoriales dans la wilaya d’Oum El Bouaghi. 

Huit candidats étaient en lice pour le poste de sénateur. Outre les candidats issus du FLN, HMS, RND et El Moustakbal, on compte aussi quatre autres postulants libres. Ils sont 506 électeurs qui ont été appelés à exprimer leur choix. L’opération, qui a commencé à 8h, s’est achevée à 19h après le dépouillement qui, sans surprise, a été en faveur du candidat du FLN, Saâdoune Moulay, cadre à Sonatrach, avec 150 voix. Il est suivi par Boucetta Tounsi, candidat libre avec 128 voix et en troisième position vient le candidat du RND, ayant récolté 88 voix. Sur le total des voix exprimées, seuls 25 bulletins se sont avérés nuls. A noter que pour cette opération, chapeautée par huit juges et deux greffiers en chef s’est effectuée dans deux bureaux distincts, avec 253 électeurs chacun.    L. Baâziz

Copyright 2024 . All Rights Reserved.