Séisme en Afghanistan: les fouilles continuent, mais l'espoir de retrouver des survivants s'amoindrit

10/10/2023 mis à jour: 06:16
1039
Le séisme de magnitude 6,3, qui a frappé samedi les régions situées à 30 kilomètres au nord-ouest de la ville de Hérat, est le plus meurtrier à s’abattre sur le pays en 25 ans.

Mardi 10 octobre, les opérations de recherche se poursuivent sans relâche dans les décombres des habitations ravagées par le puissant séisme qui a causé la mort d'au moins 2000 personnes dans l'ouest de l'Afghanistan. Cependant, l'espoir de retrouver des survivants s'amenuise à chaque heure qui passe. Des volontaires armés de pelles et de pioches s'emploient sans répit depuis que ce séisme de magnitude 6,3 s'est produit samedi dernier, suivi de huit répliques, dans la province d'Hérat.

Les secousses telluriques sont monnaie courante en Afghanistan, mais cette catastrophe s'avère être la plus meurtrière à frapper ce pays dépourvu de ressources depuis plus de 25 ans. Lundi, de nouvelles répliques ont secoué la même région. Ali Mohammad, âgé de 50 ans, exprime son désarroi en déclarant : « Il y a des familles qui n'ont plus personne en vie », faisant référence au village de Nayeb Rafi, qui abritait autrefois 2000 familles. Il ajoute : « Il ne reste plus personne, pas une femme, pas un enfant, personne. »

Dans le village voisin de Siah Ab, des funérailles collectives ont eu lieu lundi pour environ 300 victimes provenant des communautés avoisinantes. Des centaines de corps, enveloppés dans des draps blancs, ont été disposés à même le sol tandis que des villageois se recueillaient en croisant les bras en signe de prière. Ismail, âgé de 30 ans, témoigne : « Je pensais avoir rêvé, tout a été rasé. Il n'y a plus personne. »

Selon les Nations unies, « 100 % » des habitations ont été détruites dans 11 villages du district rural de Zenda Jan, situé à environ 30 kilomètres au nord-ouest de la ville d'Hérat, chef-lieu de la province du même nom.

Le porte-parole du ministère de la Gestion des catastrophes, le mollah Janan Sayeq, a déclaré aux médias lundi que « les gens essaient de chercher et de sortir leur famille des décombres » et a décrit une situation « très mauvaise ». Les chiffres officiels relatifs au nombre de décès et de blessés ont parfois été contradictoires, mais le ministère de la Gestion des catastrophes a annoncé dimanche un bilan de 2053 morts.

Selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), environ 11 000 personnes issues de 1655 familles ont été touchées par le séisme et ses répliques. Des camions transportant de la nourriture, de l'eau et des couvertures ont atteint les villages isolés, où des tentes bleues ont été dressées au milieu des ruines.

Les talibans, qui ont pris le pouvoir en août 2021, seront confrontés à un défi logistique majeur pour reloger les habitants avant l'hiver. Les autorités afghanes entretiennent des relations complexes avec les organisations humanitaires internationales, interdisant notamment aux femmes de travailler pour l'ONU et les ONG, ce qui complique l'évaluation des besoins des familles dans les régions les plus conservatrices du pays.

Amnesty International a appelé le gouvernement taliban à garantir que les opérations de secours et d'aide humanitaire soient menées « sans discrimination » et à assurer aux ONG un « accès sécurisé et sans restriction » aux zones touchées. Zaman Sultani, chercheur pour l'Asie du Sud chez Amnesty International, a souligné l'importance de veiller à ce que l'aide soit adaptée aux besoins des groupes les plus vulnérables, en particulier les femmes, qui sont souvent confrontées à de multiples défis en période de crise.

La plupart des habitations rurales en Afghanistan sont construites en briques de terre séchée au soleil et sont soutenues par des poteaux en bois. Plusieurs générations vivent généralement sous le même toit. L'ONG Save the Children a décrit cette situation comme « une crise qui s'ajoute à une autre crise ». Selon Arshad Malik, directeur de Save the Children en Afghanistan, « l'étendue des dégâts est terrifiante. Le nombre de personnes touchées par cette tragédie est vraiment bouleversant ».

Ce nouveau drame survient alors que l'Afghanistan fait déjà face à une grave crise humanitaire due au retrait massif de l'aide étrangère depuis le retour au pouvoir des talibans. La province d'Hérat, qui compte 1,9 million d'habitants selon la Banque mondiale, est également touchée depuis plusieurs années par une sécheresse qui a paralysé de nombreuses communautés agricoles déjà en proie à d'innombrables difficultés.

L'Afghanistan est situé dans une zone sismique active, notamment dans la chaîne de montagnes de l'Hindou Kouch, proche du point de rencontre des plaques tectoniques eurasienne et indienne. En juin 2022, un séisme de magnitude 5,9 avait déjà causé la mort de plus d'un millier de personnes et laissé des dizaines de milliers de personnes sans abri dans la province pauvre de Paktika, dans le sud-est du pays.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.