Salem Laoufi. Entraîneur de l’ASMO : «L’option de la relégation est inenvisageable»

02/04/2024 mis à jour: 20:42
816

Pour l’ASMO, l’euphorie de la victoire remportée samedi 23 mars contre le GC Mascara, lors de la 20e journée du championnat de Ligue 2, constitue un espoir renaissant pour s’éloigner le plus loin possible de la zone de relégation, n’était mais samedi dernier, la défaite amère d’un but à zéro contre le MCB Oued Sly est revenue semer le doute sur les capacités de l’équipe à se maintenir. Elle n’est, certes, pas encore dans la zone rouge mais l’enchaînement des mauvais résultats avec parfois des défaites consécutives font craindre le pire aussi bien pour le staff et les joueurs que pour les supporters.

 Le prochain match à domicile contre le NAHD, prévu le 14 avril prochain, sera déterminant. «Il le sera pour les deux équipes», estime Salem Laoufi dont les déclarations ont été relayées sur le site officiel du club. Les deux équipes occupent en ce moment respectivement les 11e et 12e places, avec un même nombre de points (24 mais un match en retard pour le club algérois). 

Pour cet entraineur qui, pour rappel, a pris le train en marche justement pour sauver les meubles et empêcher la dégringolade vers le bas du tableau, déjà amorcée par son prédécesseur, l’option de la relégation n’est simplement pas envisageable. Pour preuve, il pense déjà à la saison prochaine en espérant un meilleur sort et une meilleure entame du championnat. «Cela fait 5 ans que l’équipe ne cesse de jouer le maintien et cette saison, nous n’avons pas effectué une bonne préparation alors que les choix des joueurs étaient discutables», a-t-il déclaré précisant que «les résultats sont le fruit d’un travail de groupe qui engage tout le monde, pas seulement ceux qui jouent le match». 

De là à pointer du doigt des dysfonctionnements au sein du club, il n’y a qu’un pas mais qu’il n’a pas franchi. Sur le plan des résultats, l’ASMO a pourtant bien démarré la saison avec même l’idée avancée selon laquelle le club allait jouer les premiers rôles. On en est bien loin aujourd’hui. «Les matchs qui restent à disputer sont tous difficiles», prévient le même coach pour qui, vu la situation actuelle, «il suffit de gagner deux matchs consécutifs pour s’éloigner du bas du tableau et vice-versa pour les défaites». 

Une manière de dire que le risque est partagé par beaucoup de clubs, pas seulement l’ASMO, et que rien n’est encore ni tout à fait perdu ni tout à fait acquis. Concernant son avis sur le match perdu contre le MCBOS, il a estimé : «Nous avons encaissé un but dès la 3e minute de jeu mais nous avons ensuite su défendre notre camp tout en nous créant des occasions de scorer et c’est pour cela que je pense que nous étions beaucoup plus proches d’un nul que d’une défaite». Son équipe était amoindrie par l’absence de son défenseur central Belkaroui qui n’a pas pu effectuer le déplacement et pénalisée par la sortie d’El Ghoumari (carton rouge), son buteur attitré. 
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.