Risque d’une sécheresse à Oum El Bouaghi : Les agriculteurs expriment leurs inquiétudes

15/02/2022 mis à jour: 18:35
814

Devant les faibles précipitations enregistrées depuis plusieurs semaines, les agriculteurs de la wilaya d’Oum El Bouaghi sont gagnés par un climat d’incertitude et de doute quant à espérer une bonne récolte.

 Comme on le sait, l’année passée a été chiche en pluies, ce qui a impacté la production céréalière, n’ayant pas dépassé un million et demi de quintaux. Cette année encore, les terres emblavées dépassent 200 000 hectares, toutes céréales confondues. 
Or, la pluviométrie n’a pas été au rendez-vous. 

Les terres gardent encore la couleur ocre ou jaune. Aucune herbe n’est venue recouvrir ces immensités emblavées. Les éleveurs aussi ne savent pas quoi faire, attendu que l’aliment pour le bétail commence à se raréfier sur le marché. Comme disait l’autre, la survie d’un mouton dépendra de la vente de l’autre. 

En effet, devant le stress hydrique, l’aliment pour les troupeaux a pris l’ascenseur, puisque son prix est devenu prohibitif. Zoubir, un agriculteur résume ainsi la situation : «Compte tenu de deux années de sécheresse, l’aliment pour bétail n’est plus disponible. Son prix flambe. Cette année ressemble en tous points à celle de 1988.» 

Et de poursuivre : «Le bétail affecté par la sécheresse et la malnutrition a été décimé presque entièrement.» Que faire donc ? Zoubir espère que seule une pluviométrie généreuse en ce mois de février peut produire un miracle et sauver l’année. 

Pour l’heure, les éleveurs sont contraints de s’approvisionner en avoine, en paille ou en son au marché noir pour ne pas voir mourir leur cheptel. Zoubir nous apprend que le prix soutenu de l’orge est de 2500 DA, alors qu’au niveau du marché parallèle il est cédé à 6000 DA, ce qui est exagéré et rebute la majorité des éleveurs qui d’habitude laissent paître leurs troupeaux dans les prés. 

Cela étant dit, tous les agriculteurs interrogés ne désespèrent pas et attendent que le ciel arrose leurs champs de pluies salvatrices, bien avant le début du printemps. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.