Rencontre sur le cancer du col de l’utérus à Annaba : Les experts appellent à revitaliser les programmes de dépistage

08/06/2024 mis à jour: 20:11
1327
Le cancer tue 4 femmes chaque jour en Algérie

Nous recommandons la réactivation en urgence des unités spécialisées dans le dépistage et le diagnostic du cancer du col de l’utérus à travers les 84 établissements de santé publique d’Annaba pour renforcer la prévention à l’effet de réduire l’incidence de cette maladie». 

C’est un cri d’alarme qui a été lancé mardi 4 juin à Annaba lors d’une journée de sensibilisation, organisée par l’association «Amis des patients atteints de cancer», à laquelle ont pris part des spécialistes en oncologie, cytologie, gynéco-obstétrique, médecins généralistes et sages-femmes. 

Cheffe de service d’oncologie médicale au Centre de lutte contre le cancer (CLCC) du CHU d’Annaba, Pr Djeddi a d’emblée lancé la mobilisation à travers une communication sur «l’intérêt de la prévention et du dépistage en Algérie». Elle a souligné, à ce propos, qu’en l’absence de vaccins, la prévention est la méthode la plus efficace et la moins coûteuse pour lutter contre le cancer du col de l’utérus, améliorant ainsi la qualité de vie des femmes, réduisant les coûts de soins et renforçant le système de santé». 

Pr Djeddi a exhorté, par ailleurs, les sages-femmes et les médecins généralistes «à intensifier les prélèvements de frottis pour un dépistage précoce de cette maladie grave». Intéressante à plus d’un titre, l’intervention détaillée du Pr Yassi, cheffe de service d’anatomie pathologique au même CLCC du CHU d’Annaba, a été axée sur «la cytologie, le cancer du col utérin et le HPV». Elle a révélé à l’occasion que «le programme de dépistage, lancé en 2006 dans la wilaya d’Annaba, a été sévèrement restreint depuis le début de la pandémie de Covid-19 jusqu’à nos jours. 

Pis encore, faute de disponibilité des réactifs, notre plateforme est actuellement obsolète». Et d’annoncer, face à une audience, tout ouïe : «Actuellement, 70 % des cas diagnostiqués sont positifs au HPV». 
Selon les chiffres de son service d’anatomie pathologique, «l’année dernière, 10 cas de cancer du col ont été dépistés et déjà 5 autres cas depuis janvier 2024». 


Des opérations de sensibilisation

À l’instar de ses collègues, elle a lancé un appel à l’assistance à l’effet de «relancer le dépistage à tous les niveaux de contact médical avec les femmes et dépasser le problème de transfert des échantillons vers son service en mettant en place un programme dédié à cette opération». Également, cheffe de service de gynécologie obstétrique du CHU Annaba, Pr Guellati a rappelé, quant à elle, les recommandations récentes pour lutter contre le cancer du col, confirmant les statistiques préoccupantes : «En Algérie, chaque année, 3000 nouveaux cas de cancer du col de l’utérus sont diagnostiqués. Il tue en moyenne quatre femmes par jour». M. Chouabi, l’infatigable président de l’association «Amis des patients atteints de cancer», a présenté son programme de sensibilisation «Juin vert». Dans son sac, on citera plusieurs actions importantes.

Elles ciblent toutes les femmes d’Annaba. L’opération est déjà en cours depuis le début de la saison estivale, notamment au niveau du Cours de la Révolution et à la Corniche, les plus importantes places publiques fréquentées par les femmes dans la wilaya.

 L’aspect psychologique a été également présent durant cet important évènement, avec des interventions de la Pr Bensaida, cheffe de service de psychiatrie à l’EHS Errazi, et Dr Gahmous, spécialiste en psychologie clinique. Ils ont respectivement discuté du suivi psychologique des patientes atteintes de cancer du col et de la relation thérapeutique dans ce contexte. 

Rappelons qu’entre 2015 et 2020, selon les chiffres de l’OMS, seulement, une femme sur 10, âgée de 30 à 49 ans, a bénéficié en Algérie d’un dépistage du cancer du col de l’utérus.
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.