Près d’un mois après la réélection d’Emmanuel Macron : Le nouveau gouvernement français dévoilé

22/05/2022 mis à jour: 23:43
4968

Emmanuel Macron, fraîchement réélu pour un second mandat à la tête de la présidence française, en concertation avec sa Première ministre, Elisabeth Borne, a nommé les membres du nouveau gouvernement, vendredi dernier.

 Annoncée officiellement par Alexis Kohler, l’indétrônable secrétaire général de l’Elysée, la liste des membres du gouvernement, voulue resserrée, comporte 23 ministres et 4 secrétaires d’Etat. Comme attendu, cette équipe respecte la parité parfaite en comptant la cheffe du gouvernement : 

14 femmes et 14 hommes.
 

Alors que la moitié des ministres étaient déjà membres du gouvernement sortant, la véritable surprise du chef, c’est sans doute la désignation de l’historien Pap Ndiaye, directeur du Musée national de l’histoire de l’immigration, comme ministre de l’Education nationale. Cet universitaire de gauche, spécialiste des minorités, remplace ainsi Jean-Michel Blanquer, très décrié par le corps enseignant. Celui-ci, pourtant resté cinq ans à ce poste, est embourbé ces dernières années dans des croisades chimériques contre l’«islamo-gauchisme» et le «wokisme». 

De père sénégalais et de mère française, Ndiaye est l’une des incarnations de la méritocratie française. C’est un symbole voulu par Macron, non pas seulement pour donner un nouveau souffle à la réforme de l’école publique, mais aussi pour contrer la montée du discours identitaire des courants d’extrême droite. Ces derniers n’ont pas tardé à réagir en qualifiant le nouveau ministre de «racialiste», «indigéniste», «immigrationniste», «communautariste», etc. 

Par ailleurs, la fachosphère française a encaissé un autre signal fort, voire provocateur, avec la nomination de la Franco-libanaise Rima Abdul-Malak à la tête du ministère de la Culture, tout un symbole ! Auparavant, cette passionnée des arts et ancienne militante associative dans l’humanitaire a été la conseillère Culture et Médias de Macron, poste qu’elle occupait à partir de fin 2019. Désormais, elle est chargée de redresser un secteur très stratégique qui a été lourdement impacté par la crise sanitaire, depuis mars 2020. 

Sinon, presque tous les poids lourds de la «macronie» ont été maintenus au gouvernement, et même à leurs postes en ce qui concerne le régalien Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, désormais numéro 2 dans l’ordre protocolaire, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, et Eric Dupond-Moretti, ministre de la Justice. Un seul nom important manque à l’appel. Il s’agit de Jean-Yves Le Drian, qui a été remplacé aux Affaires étrangères par l’ambassadrice de France en Angleterre, Catherine Colonna. 

L’ancien locataire du Quai d’Orsay, jusque-là bras droit du président Macron, a-t-il payé les pots cassés des grands ratages de la diplomatie française ces dernières mois ? Au-delà de l’affaire du contrat des sous-marins nucléaires annulé unilatéralement par l’Australie et les tentatives vaines de la France de jouer un rôle de médiateur dans le dossier ukrainien, le front sahélien semble avoir accéléré le départ du ministre breton en sachant qu’il est devenu la cible directe privilégiée des attaques du nouveau pouvoir malien !
 

Paris 
De notre bureau  Samir G.

Copyright 2022 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer