Pratiques commerciales illicites à Sétif : Saisie de neuf quintaux de viande avariée

25/02/2024 mis à jour: 15:42
1805
Le transport des produits se fait sans aucun respect des conditions d’hygiène

La brigade de l’urbanisme et de la protection de l’environnement de la sûreté de la wilaya de Sétif a réussi à saisir une importante quantité de viande blanche avariée. L’opération a été menée lors d’une récente sortie inopinée sur le terrain au cours de laquelle un point de contrôle a été mis en place, permettant l’interception d’un véhicule utilitaire.

L’inspection a révélé que le véhicule était rempli d’une importante quantité de viande blanche et d’abats de poulet que le propriétaire s’apprêtait à distribuer dans certaines boucheries du centre-ville de Sétif. Il s’est également avéré que la quantité saisie était d’origine inconnue, car le propriétaire ne disposait pas de certificat d’inspection vétérinaire. 

Après coordination avec les vétérinaires de la Direction des services agricoles de la wilaya (DSA), il a été confirmé que la cargaison complète, estimée à 8,17 quintaux de poulet et 57,3 kg d’abats, était totalement impropre à la consommation. En conséquence, elle a été saisie et détruite. 

De ce fait, un dossier pénal a été constitué à l’encontre du contrevenant, avant sa présentation devant les autorités judiciaires compétentes. Malheureusement, l’ombre de l’intoxication alimentaire plane toujours sur les marchés algériens, à cause de ces ventes illégales de viandes et de produits avariés tout en exposant le consommateur à de graves dangers sanitaires. 

On ne peut plus clair,  la santé publique est prise en otage par ce genre de pratiques illégales. Car, les éléments de la police publique de la sûreté de Sétif ont traité une autre affaire du même genre. Ils ont pu saisir 3540 unités de denrées alimentaires impropres à la consommation. Les produits ont été découverts dans un atelier clandestin, dont le propriétaire s’adonnait à l’emballage et au conditionnement de produits et denrées alimentaires, à savoir des morceaux de chocolat et des gâteaux traditionnels. 

L’inspection a révélé que les 1200 unités de chocolat prêtes à la distribution étaient toutes périmées, tandis que 2340 pièces de gâteaux emballées ne portaient pas la marque commerciale. Il a été également découvert 11,5 kg de matières premières diverses utilisées dans la fabrication du chocolat et des gâteaux. Toute la matière était périmée. En plus de tout cela, l’atelier manquait totalement de toute forme d’hygiène et de salubrité. 

Après l’achèvement des procédures d’investigation, un dossier judiciaire a été également établi à l’encontre du propriétaire, avant sa présentation devant le parquet local. La situation est de plus en plus inquiétante, nécessitant de lourdes peines contre les contrevenants. 

Car, il est question dans ces cas d’une véritable prolifération bactérienne mettant la vie du consommateur algérien en danger. Les sanctions dissuasives et sévères contre les auteurs de ce genre de crimes sont nécessaires pour freiner l’appât du gain, garantir la sécurité alimentaire et éviter l’irréparable, à savoir d’éventuels décès.            

Copyright 2024 . All Rights Reserved.