Opération coup de poing contre les squatteurs des plages

10/08/2023 mis à jour: 19:24
17888

Le phénomène de l’exploitation illégale des plages est loin d’être totalement éradiqué. Certains jeunes continuent de défier l’État et imposent de nouveau leur loi.

En dépit des mesures prises par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire pour garantir aux estivants un accès gratuit aux plages, les squatteurs font de la résistance et continuent de sévir dans plusieurs wilayas côtières du pays. 

Les squatteurs exigent aux estivants le paiement des places dans les parkings sans leur remettre le moindre ticket, la location de parasols, tables et chaises avec des prix exorbitants. Alors pour montrer que l’Etat n’est pas prêt à céder sur cette question, la Gendarmerie nationale et la police multiplient les descentes et les opérations coups de poing. 

L’opération de lutte contre les squatteurs des plages s’inscrit dans une stratégie globale visant à rétablir l’ordre, à faire respecter la loi et à garantir un accès équitable à ces espaces publics. Au lieu d’être des espaces de loisirs et de détente pour les estivants, certaines plages du pays sont devenues infréquentables.  
 

Dans ce contexte, les groupements territoriaux côtiers de la Gendarmerie nationale ont enregistré du 3 juillet au 5 août, 186 cas d’exploitation illégale des plages qui ont mené à l’arrestation de 108 individus, dont 11 placés en détention, a indiqué un récent bilan de ce corps de sécurité. 96 cas d’exploitation illégale de parkings et 218 cas d’exploitation illégale de lieux de camping ont été enregistrés, donnant lieu à la saisie de 1703 parasols, 1697 tables, 4028 chaises et 569 tentes. 
 

Plus de 430 plages ont été autorisées à la baignade à travers 14 wilayas côtières durant cette saison estivale. Plusieurs mesures incitatives ont été prises pour améliorer la gestion de ces plages, au titre du programme tracé par la Commission nationale chargée de la préparation et du suivi de la saison estivale 2023, sur instruction du Premier ministre et sous l'égide du ministère de l'Intérieur, avec la participation des secteurs concernés, dont le ministère du Tourisme et de l'Artisanat, l'objectif étant de «veiller au bien-être des estivants».
 

Les bénéfices de la concession 

Ce programme vise à optimiser l’exploitation des plages, à renforcer les structures d’hébergement et à promouvoir l’animation et la communication. Dans ce cadre, des concessions ont été octroyées aux professionnels pour l’exploitation d’une partie de la superficie de chaque plage afin de remédier aux insuffisances enregistrées durant les précédentes saisons, et ce, dans une démarche visant à améliorer les prestations et à créer une émulation entre les destinations touristiques nationales et territoriales. L’accès aux autres espaces de ces plages est libre. 

De plus, la priorité à la concession des plages attenantes aux établissements hôteliers est reconnue à ceux-ci pour leur permettre de proposer des offres complètes à leurs clients. Brahim Merad, ministre de l’Intérieur, a averti dès le début de la saison estivale que la loi sera appliquée dans toute sa rigueur et que l’exploitation des plages reste subordonnée à un acte de concession avec des conditions spécifiques et un cahier des charges à respecter. «Les plages doivent être perçues comme une offre et un produit touristique. 

Ce dernier doit être soumis à des normes de gestion et de composition. Cette approche de volonté de professionnaliser les plages doit être mené de façon organisée et méthodique pour redonner une dimension nouvelle à toute la façade maritime sur 1640 km», selon Mohamed Bourad, expert en tourisme. Il faudra faire appel, selon lui, à des soumissionnaires professionnels capitalisant des expériences avérées et disposant de moyens conséquents, hôtels, agences, restaurateurs et traiteurs seraient les mieux placés pour gérer ces plages dans l’intérêt des collectivités et le bien-être des estivants et des vacanciers. 

Il serait également intéressant de choisir une dizaine de projets pilotes sur toute la côte pour en faire des modèles et des références en matière de management du littoral. La concession des plages pendant la saison estivale est une pratique courante dans de nombreux pays, visant à gérer l’afflux de visiteurs tout en garantissant la préservation des écosystèmes côtiers et la sécurité des baigneurs. Elle peut être une stratégie efficace pour gérer le tourisme côtier, mais elle nécessite une approche équilibrée qui place la préservation de l'environnement et l'accès équitable au cœur du processus. 
 

En dépit des mesures prises par les pouvoirs publics, les squatteurs des plages persistent dans cette pratique qui altère le paysage naturel de ces endroits et l’expérience visuelle des visiteurs. 
 

Dans certaines régions, le manque d’application stricte des lois et des réglementations a encouragé des individus à occuper illégalement des plages en pensant qu’ils ne seront pas tenus responsables. Il faut agir avec célérité car le temps n’est plus aux tergiversations, mais plutôt à l’action. 

Les autorités doivent renforcer la surveillance des plages pour détecter rapidement les activités illégales. Les structures illégales doivent être démantelées, et les contrevenants traduits en justice. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.