Mouvement ouvrier à Rouiba : Des syndicalistes rendent hommage à Mokdad Messaoudi

03/04/2022 mis à jour: 23:41
1936
Le défunt Mokdad Messaoudi

Certains sont venus de Saïda, Tizi Ouzou et de Béjaia pour rendre hommage à celui qui a marqué de son empreinte le mouvement syndical en Algérie. 
 

Un an après sa mort, feu Mokdad Messaoudi, l’ancien secrétaire général de l’union locale UGTA de Rouiba, a été ressuscité avant-hier par ses anciens camarades de lutte.

Après le dépôt d’une gerbe de fleurs sur sa tombe à Réghaia, les organisateurs ont baptisé la maison du syndicat à Rouiba au nom de cet homme qui a, toute sa vie durant, défendu les droits des travailleurs, devenant ainsi l’ennemi invétéré des oligarques et des adeptes des politiques de privatisation des entreprises publiques. 

Avant d’évoquer le parcours du défunt, ses anciens collègues ont diffusé de longues vidéos où il était question de ses interventions et positions mémorables devant les travailleurs de la zone industrielle pour défendre leurs acquis. 

Pour Nouredine Bouderba, Mokdad avait fait de Rouiba le bastion des luttes syndicales à l’échelle nationale. «Il ne s’est jamais tû face à la hogra et les abus que subissaient les travailleurs de la zone. La solidarité qu’il manifestait à leur égard n’est constatée nulle part ailleurs. Mokdad était aussi l’un des premiers à avoir appelé les travailleurs à s’engager dans le hirak et à se mobiliser pour restituer l’UGTA à la base. 

Le meilleur hommage qu’on puisse lui rendre aujourd’hui est de continuer son combat», a-t-il déclaré, en rappelant les multiples actions menées à Rouiba pour dénoncer la révision de la loi sur la retraite en 2016 et les politiques antisociales des gouvernements de l’ère Bouteflika.

 Le secrétaire général de l’union locale de Béjaïa, Hamlaoui Abdelaziz, rend hommage «à un syndicaliste aux convictions inébranlables dont le combat a inspiré beaucoup de syndicalistes des autres régions du pays». 

Pour son camarade de Tizi Ouzou, M. Limani, «Messaoudi était une école, un modèle en termes d’engagement qui mettait les intérêts des travailleurs au-dessus de tout». «Mokdad était un tribun hors pair. Et grâce à lui, le taux de syndicalisation dans les entreprises industrielles de Rouiba est le plus élevé à l’échelle nationale», dira un autre syndicaliste. 

La mort de Messaoudi semble n’avoir pas été sans effets sur le mouvement ouvrier, notamment à Rouiba où les travailleurs peinent encore à trouver un nouveau leader. 

Copyright 2023 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer