Mobilier urbain à Guelma : Quand l’utile et le solide devraient faire bon ménage

26/03/2024 mis à jour: 14:24
1354
Le choix des matériaux utilisés ne fait pas l’unanimité

 Un avis d’appel d’offres a été lancé récemment par l’APC pour l’acquisition et l’installation d’abribus ainsi que la fourniture et la pose de toilettes publiques à travers la ville.

L’utilité publique du mobilier urbain en l’occurrence les abris pour passagers des bus, les bancs publics, les vespasiennes (si elles existent) et autres bacs à fleurs sans omettre les incontournables corbeilles et panneaux n’est plus à démontrer. A Guelma, les autorités locales ont certes bien compris la chose, mais force est de constater que le beau, le solide et l’utile ne font pas bon ménage d’autant que le mobilier implanté est très vite détérioré.

Des bancs publics cassés en deux, des corbeilles de poubelles dont il ne subsiste que le support, mais encore des panneaux publicitaires rouillés, font jaser les riverains, a-t-on constaté. «Je suis fatigué en cette journée de Ramadhan. J’ai voulu me reposer sur ce banc. Mais vous pouvez constater qu’il est cassé en deux bien qu’il soit en fonte», a déclaré, hier à El Watan, un monsieur d’un certain âge visiblement contrarié. 

«L’autre banc a perdu complément son assise. Je vais me résoudre à m’asseoir sur une bordure de trottoir sous un arbre, les autres bancs sont occupés par de jeunes oisifs», a-t-il regretté. En effet, ce genre de situations n’est pas anodin à Guelma.  Chaque placette, jardin public et d’autres espaces verts ont leur lot de mobilier urbain détérioré. Bien évidemment les corbeilles et bacs à ordures ont perdu leur utilité soit parce qu’ils ont été vandalisés ou simplement volés. Quant aux bacs à fleurs, ce n’est même pas la peine d’en parler, car ils n’existent même pas ou du moins ils font office de bacs à ordures. 


L’APC pointée du doigt  

Un avis d’appel d’offres a été lancé récemment par l’APC de Guelma pour l’acquisition et l’installation d’abribus ainsi que la fourniture et la pose de toilettes publiques à travers la ville. Jusque-là, l’initiative est excellente pour ce type de mobiliers mis à la disposition des citoyens. 
 

Selon des sources au fait du dossier, l’implantation des vespasiennes se feront notamment dans les cités Aggabi Taher, Bab Souk, Bab Skikda, mais aussi à la rue Mohamed Saleh Zeououi, l’avenue Ali Chorfi, à l’espace vert HLM de l’ancien stade et enfin à proximité de l’EPH Hakim Okbi. Quant aux abris pour passagers des bus  urbains, une quinzaine environ seront implantés, confirment nos sources. Jusque là, il n’y a rien de particulier, sauf que c’est le moins-disant qui a été retenu lors de cette consultation à l’ouverture des plis. 

En effet, depuis quelques jours, quelques abris bus flambant neuf ont été installés par l’APC de Guelma notamment à l’arrêt de la place du Théâtre régional ou encore en aval du boulevard du Volontariat face à la Banque centrale d’Algérie. Finalement rien d’extravagant ou un seul bémol est souligné déjà par les usagers. «Le soleil tape fort en été et ils ont mis du plexiglas en guise d’abris», a déclaré un citoyen. 

Et de ricaner : « Ça va chauffer !»  Quant à l’implantation des vespasiennes, leur utilité est indéniable, notamment pour les personnes âgées des deux sexes à Guelma d’autant que leur nombre actuel est insuffisant, avec moins de 5 toilettes publiques pour le chef-lieu de wilaya. Projet à suivre.      
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.