Madjer : la légende et la quincaillerie

19/01/2023 mis à jour: 03:56
1093

La bronca qu’une partie des supporters présents au stade Nelson Mandela, lors du match Algérie-Ethiopie (1-0), a réservée à Rabah Madjer fera date dans l’histoire du football algérien. Il n’y a pas de qualificatif assez fort pour la décrire. Pourquoi tant de haine, de mépris et d’irrespect à l’endroit d’un homme, d’un joueur qui a porté haut les couleurs de l’Algérie. Rabah «Mustapha» Madjer jouit d’une reconnaissance mondiale qu’il n’a pas, malheureusement, chez lui. Mardi soir, les imbéciles qui l’ont longuement hué dès qu’il est apparu sur les grands écrans du stade de Baraki ont renvoyé une image négative du pays et de son football. L’ancien joueur de l’équipe nationale aux 111 sélections était présent au stade en tant que «légende du football africain», invité par la CAF, et qui a répondu favorablement à l’appel de son pays pour véhiculer une belle image de l’Algérie, du CHAN-2022 et du football algérien. Les invités n’ont rien compris à la réaction des supporters. Ils assistent impuissants et en direct à la mise à mort de l’icône du football algérien. Celle que la FIFA, la CAF et toutes les instances mondiales du football ne ratent jamais aucune occasion pour l’inviter aux manifestations qu’elles organisent à travers le globe. Dimanche dernier au cours d’une discussion à bâtons rompus, il a indiqué : «Je suis présent pour contribuer modestement à la réussite du CHAN-2022 que mon pays organise. C’est un devoir. Je ne me suis jamais dérobé. Les dirigeants de la FIFA et de la CAF me sollicitent toujours en pareille circonstance. Je suis fier d’être ici et de baigner dans cette magnifique ambiance du CHAN.» Il ne savait pas ce qui l’attendait 2 jours plus tard. Au lendemain de la cauchemardesque soirée, c’est-à-dire hier, il était très affecté par ce qu’il a vécu la veille. Il s’est contenté de délivrer ces quelques mots «Pourquoi cette méchanceté gratuite ? Je suis en droit de penser que cela était planifié. Par qui ? Je n’en dirais pas plus. Je les laisse à leur conscience et je m’en remets à Dieu.» Ses détracteurs du soir et ceux qui tirent les ficelles derrière les rideaux ont gravement porté atteinte à un symbole du football algérien auquel il fait honneur partout et toujours. Le joueur Madjer est une des brillantes légendes du football algérien. Sa carrière et son palmarès parlent pour lui. C’est une vraie star reconnue mondialement. Son nom apparaît en lettres d’or dans l’histoire du football mondial. Ceux qui n’accèdent jamais à son rang, qui n’ont pas son aura, c’est de la quincaillerie par rapport à lui. Ceux qui l’attaquent, régulièrement, sur sa brève carrière d’entraîneur et d’homme public ne l’atteindront jamais. Lui, le premier sait mieux que quiconque que sa brillante et magnifique carrière de joueur ne lui a pas garanti le succès comme entraîneur ou sélectionneur. Personne ne dira le contraire. L’épisode de sa carrière de coach n’a pas été exemplaire. Mais cela n’altère en rien et à jamais son fabuleux talent et son extraordinaire carrière de joueur. Sa force, il la puise dans sa faculté d’aller de l’avant, de ne pas se retourner. Il va continuer à suivre le CHAN-2022 jusqu’à la fin du tournoi. Au sujet de l’appel qui lui a été lancé pour se rendre, hier, à Annaba, il indique : «Je ne serai pas à Annaba et j’en profite pour remercier les Annabis et tous ceux qui m’ont témoigné leur solidarité après ce qui s’est passé mardi soir. Inch’Allah, je me rendrais dans cette magnifique ville avant la fin du CHAN-2022.» 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.