L'Italie inflige à TikTok une amende de dix millions d'euros

14/03/2024 mis à jour: 23:48
669

L'Italie a imposé une amende de dix millions d'euros au réseau social chinois TikTok pour son manque de contrôle sur les contenus, en particulier ceux pouvant mettre en danger la sécurité des mineurs, a annoncé jeudi l'autorité de la concurrence. 

La sanction vise trois sociétés appartenant au géant chinois Bytedance Ltd : TikTok Technology Limited en Irlande, TikTok Information Technologies UK Limited au Royaume-Uni et TikTok Italy Srl en Italie, selon le communiqué de l'Autorité de la Concurrence et du Marché.

L'enquête a révélé que les contrôles de la société sur les contenus circulant sur la plateforme étaient insuffisants, en particulier ceux pouvant menacer la sécurité des mineurs. L'autorité a souligné la responsabilité de TikTok dans la diffusion de contenus comme le "défi de la cicatrice française", susceptible de porter atteinte au bien-être physique et psychologique des utilisateurs, en particulier des mineurs. Ce défi, largement popularisé sur TikTok, consiste à se pincer très fort la joue pour simuler une cicatrice, une pratique dangereuse selon les médecins, et qui a suscité l'inquiétude dans les secteurs de l'éducation et de la santé en France et en Italie.

Les autorités reprochent à TikTok de ne pas tenir compte de la vulnérabilité spécifique des adolescents, notamment leur difficulté à distinguer la réalité de la fiction et leur propension à suivre les comportements de groupe. En réaction à cette décision, un porte-parole de TikTok a affirmé que l'application n'était pas d'accord avec cette décision, soulignant que les contenus liés au "défi de la cicatrice française" avaient une faible popularité au moment du lancement de l'enquête de l'autorité l'an dernier.

Cette sanction intervient alors que la Chambre des représentants des États-Unis a adopté mercredi une proposition de loi demandant à TikTok de rompre tout lien avec la Chine. TikTok est depuis plusieurs mois dans le collimateur des autorités américaines, qui estiment que l'application de vidéos courtes permet à Pékin d'espionner et de manipuler les citoyens américains. Le groupe chinois nie ces accusations et assure qu'il refuserait toute demande de transmission d'informations aux autorités chinoises.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.