Ligne ferroviaire Tindouf-Béchar : Un «nouvel essor» aux échanges commerciaux entre l’Algérie et les pays africains

24/09/2023 mis à jour: 03:10
6105
Photo : D. R.

Inscrit au titre des orientations de l’Etat portant valorisation des richesses minières de la wilaya de Tindouf, le projet de la ligne ferroviaire Tindouf-Béchar pour le transport du minerai de fer de Gara Djebilet, dont le processus de préparation technique, en prévision du lancement des travaux de réalisation, a été entamé, devra donner une impulsion à la dynamique de développement dans la région. Et ce, à travers l’exploitation et le transport du produit du fer de Gara-Djebilet vers les installations industrielles.

C’est ce qu’ont souligné des cadres, des professionnels et des académiciens repris par l’APS. En effet, selon le directeur des travaux publics (DTP) de  la wilaya deTindouf, Abdelkrim Belkacem, ce chemin de fer «contribuera largement aussi bien à la réduction des coûts de transport du fer depuis le gisement de Gara-Djebilet vers les différentes régions industrielles qu’à la propulsion de la cadence de développement local et la relance de l’économie nationale en général».

«Le projet ferroviaire aura, en outre, un impact positif sur le maillon routier de la région, contribuant à atténuer le trafic automobile, notamment des véhicules gros tonnages, sur la RN-50, seul axe névralgique reliant les wilayas de Tindouf et Béchar à d’autres destinations du nord du pays», a expliqué le même responsable. M. Belkacem a soutenu que cette opération «prometteuse influera positivement sur l’état de cet axe à haute densité qui enregistre annuellement des accidents de la circulation des usagers, sur les moyens de transport de voyageurs et des marchandises notamment et, par conséquent, contribuera à la réduction des coûts d’entretien périodique».

Le président de la Chambre de commerce et de l’industrie «CCI-Tafagoumt», Nouh Abiri, estime pour sa part : «Le projet s’avère rentable, dans la mesure où il influera positivement sur les conditions socio-économiques des citoyens de la région, en sus de l’ouverture de nouvelles perspectives aux promoteurs économiques, à la faveur notamment de l’allègement des frais de transport des marchandises et moyens nécessaires à l’exploitation de ce gisement».

Ce qui devrait également donner un «nouvel essor» aux échanges commerciaux entre l’Algérie et les pays de l’Afrique de l’Ouest via le poste frontalier terrestre algéro-mauritanien Chahid Mustapha Ben-boulaid. A titre indicatif, selon l’ Agence nationale d’étude et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires, cette première section du projet sera raccordée à une vingtaine d’ouvrages d’art, dont un pont de 9 km et une gare au chef-lieu de la commune d’Abadla (88 km au sud de Béchar).

Le réseau disposera aussi d’une bretelle de 30 km qui reliera le futur complexe sidérurgique de Béchar à la ligne ferroviaire Béchar-Oran, pour permettre l’acheminement des productions de ce complexe vers le port d’Arzew (Oran), Le gisement de Gara-Djebilet offre une réserve minière oscillant entre 3 et 3,5 milliards de tonnes, dont 1,7 milliard de tonnes seront exploitées dans une première phase, ont expliqué les responsables au secteur des mines.

L’investissement mixte sino-algérien cible la zone Ouest de ce projet, riche de 1,7 milliard de tonnes de fer, soit 56 % des réserves totales de ce gisement. Ce projet stratégique vise, entre autres objectifs, à approvisionner les entités industrielles nationales en matières premières de fer et d’acier, à contribuer et à renflouer les revenus nationaux hors-hydrocarbures et à générer, au lancement des travaux de réalisation, près de 3000 emplois, à la satisfaction de la wilaya de Tindouf. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.