Les conflits dans le sport : Solutions et conséquences

18/04/2023 mis à jour: 20:48
725
Photo : D. R.

Les conflits entre les fédérations nationales, confédérations continentales, fédérations internationales et Comité olympique international (CIO) impactent la participation des athlètes aux compétitions organisées sous l’égide des instances citées.

A cet effet, nos boxeurs et boxeuses peuvent être les premières victimes des sanctions que pourraient prononcer la Confédération africaine de boxe et la fédération internationale de boxe contre la Fédération algérienne de boxe à cause de l’affaire Ferhat Fazil (président de la FAB).

La suspension de ce dernier par le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) a immédiatement entraîné une réaction des deux instances (continentale et mondiale) de la boxe. A la lecture du contenu des correspondances qu’elles ont adressées à la fédération algérienne, il n’y a aucun doute sur l’issue du bras de fer.

Le président déchu sera réinstallé à son poste, avec toutes ses prérogatives, il organisera une assemblée générale élective à laquelle il prendra part, bien sûr. Ensuite, le dernier mot reviendra aux membres de l’assemblée générale souveraine. Si ces derniers lui indiquent la porte de sortie, le dossier sera clos.

Maintenant, quel sera le sort des athlètes si la fédération est suspendue ? Que risquent-ils ? Eux, pas grand-chose sur un plan individuel. Ce n’est pas le cas pour la fédération et le pays.

Les règlements du sport international ont connu des changements notables depuis les premiers boycotts des Jeux olympiques (Montréal 1976, Moscou 1980, Los Angeles 1984) à l’issue desquels les responsables du sport mondial ont procédé à des changements au niveau des règlements pour favoriser la participation aux compétitions des athlètes des pays sanctionnés.

La formule proposée par Lord Killanin (président du CIO) a été renforcée par Thomas Bach, c’est-à-dire permettre aux athlètes dont les pays sont sanctionnés de «participer aux compétitions sous la bannière neutre et à titre individuel».

Si d’aventure, et ce qui n’est pas souhaitable, la FAB est suspendue, les athlètes algériens seront contraints de prendre part aux compétitions sous la bannière «neutre». C’est la solution préconisée par le CIO pour ne pas sanctionner les athlètes pour des faits dont ils ne sont pas responsables. Ils seront présents lors des compétitions sans représenter leur pays.

Le drapeau du pays ne flottera pas sur les sites des compétitions, ni lors de toutes les cérémonies de remise des médailles. Le pays ne figure pas au tableau des médailles. Cela donne à réfléchir...

Copyright 2024 . All Rights Reserved.