Le gland de chêne : C'est sa saison !

28/11/2023 mis à jour: 02:08
1920

Souvent mésestimé, le gland de chêne reste un fruit qui continue d'être consommé par quelques amateurs du naturel ! 

Coupeur de faim, ou le sauveur du ventre en temps de disette, el balout, comme on l'appelle ici au Maghreb, avec des prononciations qui diffèrent d'une région à une autre, qu'il soit consommé notamment grillé ou moulu mélangé avec du couscous, est pourtant intéressant sur le plan nutritif. Il contient du calcium, du potassium, du magnésium, du phosphore et des vitamines du groupe B. 

D'ailleurs, c'est à cause de cette richesse et ses qualités nutritionnelles et son pouvoir rassasiant qu'il était très utilisé durant les périodes de famine et de pauvreté extrême.

A Blida, il est vendu dans les marchés par les montagnards de l'Atlas. Et en dehors de sa consommation, ce fruit est souvent accompagné d'anecdotes !

«Ayant accompagné notre enfance, dont on nous disait tantôt qu'il rendait l'esprit rustre, tantôt l'aliment du sanglier, serait, selon certains palais, aussi délicieux qu'une châtaigne et dont les bienfaits seraient légion. Riche en vitamine C, recommandé pour les intestins fragiles, il pourrait nous être un bon allié en ces temps où tout s'artificialise...», témoigne Farid Khodja, enseignant et artiste.Et de poursuivre : «Qu'il soit consommé cru, ou cuit dans l'eau plusieurs fois pour lui faire disparaître le tanin, il accompagnera discrètement vos soirées pour peu que vous le réhabiliteriez...»

En puisant dans le patrimoine local, Farid Khodja raconte ce qu'on lui a légué durant sa jeunesse. «On raconte pour la petite anecdote, qu'en 1840, lorsque Blida est tombée aux mains de l'armée française après une farouche résistance, les populations des douars alentours fustigeaient avec véhémence les Blidéens d'avoir mal défendu la cité de Sid Ahmed El Kebir et auxquels répondaient les Blidéens, disparaissez mangeurs de glands. C'est dire l'étiquette que portait ce fruit !»
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.