Le délire sans fin

04/02/2024 mis à jour: 20:43
2156
l’arbitre Jean- Jacques N’dala (République démocratique du Congo)

Les partisans de la thèse du complot contre l’Equipe nationale et le sélectionneur Djamel Belmadi n’en démordent pas, ne se découragent pas et ne désespèrent pas de maintenir le football algérien dans le coma artificiel, en attendant le maintien ou le retour du messie. 

L’annonce faite par la Confédération africaine de football (CAF) de la suspension de l’arbitre Jean- Jacques N’dala (République démocratique du Congo), membre de l’équipe de la VAR lors du match Sénégal- Côte d’Ivoire (0-1) en 8es de finale de la CAN- 2023, après la réclamation déposée par la Fédération sénégalaise, a entraîné un flot de commentaires et de réactions... en Algérie. 

Des voix se sont élevées pour pointer du doigt… le président de la FAF, accusé de ne pas avoir protégé et défendu l’Équipe nationale «contre l’arbitrage et les coulisses «qui sont synonymes de corruption, selon eux. C’est le remake du feuilleton du printemps 2022 avec, comme acteurs, la CAF, l’arbitre Gassama, les mille-feuilles, le dossier lourd, sans oublier la pelouse de Japoma, l’humidité… Pour faire passer la douloureuse pilule de la sortie sans gloire de la CAN-2022 au Cameroun et la cruelle désillusion des éliminatoires de la Coupe du monde FIFA Qatar 2022.

 Toute occasion est bonne pour justifier le mauvais parcours des Verts à la CAN au Cameroun (2022) et en Côte d’Ivoire (2024). Ceux qui accusent l’actuel président de la FAF de ne pas avoir défendu l’Equipe nationale en Côte d’Ivoire oublient volontairement de dire que la faiblesse de la FAF dans le concert continental a été sciemment provoquée par des responsables de l’instance faîtière. 

Leur mémoire, sélective et oublieuse, a zappé le rôle négatif qu’ont tenu ceux qui étaient en responsabilité et qui ont contribué à la chasse des Algériens au sein de la CAF. Faut-il leur rafraîchir la mémoire avec des noms ? Alors pourquoi pleurer aujourd’hui sur l’absence des Algériens dans des postes clés de la CAF ? Depuis 2017, le football algérien a perdu beaucoup de terrain à la CAF. 

Le Sénégal, qui a obtenu la tête de l’arbitre Jean- Jacques N’dala (RDC), qui a contraint la CAF et la FIFA à reprogrammer un match de Coupe du monde Afrique du Sud-Maroc, n’a pas dressé la potence pour pendre le coach Aliou Cissé, «coupable de ne pas avoir conduit les Lions de la Téranga sur les cimes du football africain. Il est temps de fermer la parenthèse et de se projeter sur l’avenir et laisser de côté et la victimisation et le déni. 
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.