Le coin du referee : Victor Gomez ou le «Collina» africain !

08/02/2022 mis à jour: 20:03
934
Photo : D. R.

Pour corriger les dérapages commis dans le domaine de l’arbitrage lors de cette CAN 2021 et pour bien la clôturer sur une note dièse, il fallait désigner pour la grande finale celui qui fait l’unanimité autour de lui dans le continent. 

Et c’est bien l’arbitre sud-africain Victor Gomez qui fut désigné pour diriger cette somptueuse finale entre les deux plus constantes sélections du tournoi. Lors de cette finale, Victor Gomez, évoluant au-dessus de tous d’un cran, a développé un arbitrage de haut niveau sur tous les plans. 

Il a excellé sur tous les aspects relatifs à la réussite d’une direction arbitrale et particulièrement sur celui de la communication en rabaissant subtilement ce qui planait sur cette joute comme haute tension et forte émotion. 

Depuis le tunnel menant au terrain, Victor Gomez n’a pas arrêté de dépassionner les débats par un sourire largement affiché. En revanche, à la 36e de jeu et constatant une contestation prolongée du capitaine des Pharaons suite à une faute justement sifflée en faveur d’un joueur sénégalais qui fut fauché en même temps par deux joueurs égyptiens, confiant en sa justesse décisionnelle, il a invité la star égyptienne Mohamed Salah à prendre sa place pour diriger la partie. 

Sur le plan physico-tactique, il a, comme à son habitude, confirmé que son potentiel et autres dispositions sont en plénitude. Sa lecture du jeu et sa capacité d’appréciation ont été testées dès la 4’ de jeu où le penalty très justement accordé aux Lions de la Téranga sans aucune hésitation avec bras tendu à l’horizontale indiquant le point d’exécution du coup de pied de réparation.

 Pour l’atelier autorité et protection des joueurs et par souci de sécurité, les six cartons jaunes (dont quatre pour les Sénégalais) ont été opportunément notifiés et amplement justifiés. Il faut également signaler que l’équipe arbitrale a montré une communion et cohérence totale. 

Le 1er hors-jeu de la partie fut signalé et sifflé à la 95e minute de jeu (1er quart d’heure des prolongations). Fait rare, pour cette finale entre le Sénégal et l’Egypte, à aucun moment l’arbitre n’a été invité par la salle de contrôle de la VAR.

 En conclusion, et devant le jeu de coulisses en net regain, devenant tel un cauchemardesque refrain, Victor Gomez s’affirme désormais comme l’un des arbitres africains les plus recommandés et exigés sur les terrains. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.