Le coin du referee / D’abord maîtriser l’acte arbitral bien avant de (vouloir) comprendre le football !

15/10/2023 mis à jour: 09:30
667

Le dilemme qui guette nos vaillants arbitres à tous les niveaux de la pyramide footballistique, c’est cette exigence de la part de leurs instructeurs et formateurs de comprendre le football. 

En pratique, à force de vouloir forcer les arbitres sur le terrain à comprendre le football, certains de nos chevaliers du sifflet ont tendance à perdre le nord sur les terrains en faisant du tort à l’acte arbitral. D’abord, c’est quoi comprendre le football pour un arbitre initié dès son ralliement à la famille de l’arbitrage qu’aux lois du jeu et leur manière d’être appliquées sur le terrain de jeu ? 

La réponse est très simple : si l’arbitre ne se trouve pas au centre d’enjeux malsains, ne tombe pas otage entre les mains de ceux qui lui font croire qu’ils sont derrière ses désignations et ses promotions, qu’il a l’assurance de commettre des carnages dans l’arbitrage en étant protégé par des évaluateurs complaisants et complices et ensuite lors de la consultation analytique, ou encore s’il ne commet pas de graves erreurs influentes intentionnellement, il aura tout compris au vrai et beau football. 

Loin du traditionnel exercice de formation à la base axé sur le système D (dictée du livre) encore en vogue chez certains irréductibles formateurs au niveau de certaines wilayas du pays et même avec l’apport du support de la vidéo et les images arrêtées, nos arbitres continuent de ne faire et n’obéir qu’à leur constat visuel et, par moments, aux indications de leurs assistants.

 Ensuite nos équipes de football sont-elles en train de demander à leurs joueurs et autres vedettes, pourtant chèrement et même grassement payés, de comprendre au moins ce qui leur permet d’éviter certaines sanctions gratuites des les lois du jeu ? Nos clubs, dans le souci de préserver leurs intérêts moraux et financiers, ont-ils prévu dans leur règlement intérieur des sanctions (importantes ponctions financières, allant jusqu’à la résiliation unilatérale du contrat d’engagement) à leurs joueurs si d’aventure, ils se rendent coupables de gestes violents causant des blessures graves à autrui, d’agressions contre les arbitres, officiels, de gestes obscènes, de déclarations diffamatoires ou d’actes immoraux ?  

Ou encore s’ils récoltent des sanctions disciplinaires gratuites de contestations, de perte de temps exagérée ou cette mode d’ôter leur maillot, après un but marqué et escalader les grillages séparant le terrain des supporters, la cause directe de priver les équipes lors des matchs à caractère capital de leur joueurs par ces sanctions gratuites ? 

Rien de tout cela. Il est vrai que la FIFA, dans son ordre chronologique de promotion et de modernisation de ses interventions pédagogiques envers ses arbitres d’élite, exige de ses arbitres de comprendre le football, à juste titre d’ailleurs, de s’inscrire dans l’ordre tactique du jeu, d’avoir le sens de l’anticipation, du feeling en sentant le jeu et les fautes, de ne pas casser le jeu, de favoriser l’enchaînement en y apportant la véritable contribution par l’acte arbitral. 

Mais avant tout cela, le socle de toute réussite repose sur l’aspect moral. Voilà la différence. Car à quoi bon former une génération où certains connaissent le prix de tout, mais ne connaissent la valeur de rien ?
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.