Le coin du referee : Arbitrage passif d’Ibrahim Mouâtaz !

19/03/2023 mis à jour: 11:19
512

D’emblée, il faut souligner que le match qui fut disputé de bout en bout pour son enjeu capital pour les deux équipes en lice n’a connu son épilogue que lors de son dernier quart d’heure qui a vu le CRB marquer deux buts sans aucune réserve réglementaire respectivement aux 75’ par Zakaria Draoui et à la 79’par le Camerounais Leonel Wamba. 

Le match ne s’est terminé sur une note de sportivité que par rapport au fair-play de la majorité des joueurs sur le terrain, car en dépit de l’enjeu et au vu de la passivité de l’arbitre à sanctionner les écarts de certains joueurs ayant confondu entre engagement et excès d’engagement pouvant entraîner des suites fâcheuses sur l’intégrité physique de l’adversaire, le match aurait pris une autre tournure.

Pourtant, l’arbitre libyen Mouâtaz, avant le début du match, en conduisant les deux équipes vers le terrain de jeu, a récupéré le ballon de sa mise et dès sa prise, il a prononcé une prière en lui apposant dessus une bise. Une prémonition de réussite et pour ne pas commettre de bêtises. Sur le plan technique, il n’a pas influé sur son cours, ni sur son issue.

Cependant, au détour de sa stratégie disciplinaire préconisée, beaucoup de choses en matière d’écarts se sont passées sous ses yeux, sans pour autant les sanctionner, faisant croire aux acteurs sur le terrain qu’elles étaient légalisées, voire même avalisées.

La FIFA ainsi que ses démembrements recommandent expressément aux arbitres de sanctionner les joueurs qui font preuve d’agressivité pouvant mettre en danger l’intégrité physique de leurs adversaires.

En sautant ou en disputant le ballon, l’utilisation du coude contre un adversaire est strictement interdite. Ladite utilisation est sujette à sanction disciplinaire.

Les deux avertissements notifiés aux joueurs du Zamalek étaient justifiés mais pas en raison de cette utilisation du coude, ni du fait de retenir son vis-à-vis par le maillot ou de tacle appuyé, avec semelle élevée, exécuté en retard.

Exemples : à la 31’ Iwala fut retenu par le maillot avec un tacle en retard sans pour autant avertir le fautif. Ainsi qu’à la 45’, Amine Belkhir fut obstrué par un coude en tentant un drible en pleine surface de réparation sans aucune intervention de l’arbitre.        

Copyright 2024 . All Rights Reserved.