La Berlinale 2024 : Les restitutions postcoloniales au cœur d’un documentaire

22/02/2024 mis à jour: 19:52
AFP
877
La cinéaste et actrice franco-sénégalaise Mati Diop

Dans le documentaire Dahomey, en lice pour l’Ours d’or de la Berlinale, la réalisatrice franco-sénégalaise de 41 ans aborde l’épineuse question de la restitution des œuvres d’art volées à l’Afrique. 

Un mouvement amorcé ces cinq dernières années par les anciennes puissances occidentales, dont la France, l’Allemagne et la Belgique. Pour raconter l’histoire de 26 œuvres pillées en 1892 par les troupes coloniales françaises au royaume du Dahomey, dans le centre-sud du Bénin actuel, composé alors de plusieurs royaumes, Mati Diop fait parler en voix off la statue anthropomorphe du roi Ghézo. 

Dans la langue du Bénin, le fon, il se plaint de ne plus porter de nom, seulement un numéro, «le 26», dans les réserves du musée du Quai Branly à Paris. Il décrit son arrachement à sa terre, sa vie en exil, puis son récent rapatriement dans un musée de Cotonou, la capitale du Bénin. 

Pour cette narration, «il était particulièrement important que la statue s’exprime dans une langue du Bénin et non le français, la langue du colonisateur», souligne cette Afrodescendante, comme elle se décrit elle-même, qui est née et a grandi à Paris.

Les présidents français Emmanuel Macron et béninois Patrice Talon, à l’origine de cette restitution qui a eu lieu le 10 novembre 2021, n’apparaissent pas dans le film. Pour Mati Diop (Grand prix à Cannes en 2019 pour Atlantique, la plus haute distinction après la Palme d’or), il ne s’agissait pas de célébrer cette initiative politique. 
 

«Trucs»

Au contraire, la fille du musicien Wasis Diop voulait souligner que le retour de ces 26 trésors était très peu «par rapport aux 7000 œuvres encore captives au musée du Quai Branly». La deuxième partie du film se penche sur la réception de ces statues dans un pays totalement transformé depuis leur départ et qui les avait partiellement oubliées. 

Dans un débat entre étudiants béninois, l’un d’entre eux explique qu’il a grandi avec les dessins animés de Tom et Jerry et n’avait aucune connaissance de l’existence de ces «trucs». «Dahomey nous pousse à nous interroger sur toute l’histoire transmise depuis l’enseignement primaire, secondaire et universitaire au Bénin», constate Gildas Adannou, étudiant de l’université d’Abomey Calavi, auteur et réalisateur de 29 ans, dans un entretien à l’AFP. 

Mati Diop aimerait que son film soit «vu dans un maximum de pays africains». «Il faut le montrer aux premiers concernés», dit à l’AFP celle qui est aussi la nièce du réalisateur sénégalais Djibril Diop Mambéty, réalisateur de Touki Bouki, film majeur du cinéma africain récompensé à Cannes par le prix de la critique internationale en 1973.
 

«J’ai envie qu’il soit montré dans les universités, dans les écoles, Il y a un vrai travail de transmission à faire», ajoute Mati Diop.A l’image de la France, l’Allemagne se penche aussi sur ses restitutions coloniales, comme l’illustre un documentaire, The Empty Grave (Le tombeau vide, ndlr), réalisé par l’Allemande Agnes Lisa Wegner et la Tanzanienne Cece Mlay, présenté aussi à Berlin mais pas en compétition pour l’Ours d’or. 

Cette fois, l’histoire est montrée à travers la perspective des descendants de Songea Mbano, un leader rebelle, pendu et décapité par les Allemands avec 66 de ses combattants, après le soulèvement des Maji-Maji, ou Maï-Maï, dans l’actuelle Tanzanie. 

Le crâne de ce leader rebelle a très probablement été transporté ensuite en Allemagne dans un musée où une collection ethnologique, comme de nombreux ossements de l’époque, en vue d’être étudiés. En novembre dernier, le président allemand Frank-Walter Steinmeier a promis que Berlin tenterait de le retrouver, tout en demandant «pardon» pour les crimes coloniaux commis par son pays. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.