Irak : Un groupe armé pro-Iran juge «ridicules les récentes sanctions de Washington

20/11/2023 mis à jour: 19:15
1305
Des partisans du Hezbollah brandissent des drapeaux du Hezbollah lors d'une manifestation de solidarité avec le peuple palestinien de Gaza, dans la banlieue sud de Beyrouth, au Liban, mercredi 18 octobre 2023. AP Photo/Hassan Ammar

Un influent groupe armé irakien a jugé samedi soir «ridicules» les sanctions récemment adoptées par les Etats-Unis à son encontre ainsi que contre un autre mouvement pro-iranien, accusés d’être responsables d’attaques contre des troupes américaines en Irak et en Syrie.

Les Brigades du Hezbollah ont également indiqué que ces attaques de la «Résistance islamique en Irak» faisaient partie d’une «stratégie d’usure», selon un communiqué de leur porte-parole, Abou Ali Al Askari, publié sur son compte Telegram et relayé hier par l’AFP.

Washington a sanctionné vendredi sept personnes liées à deux groupes armés irakiens pro-iraniens, les Brigades du Hezbollah et les brigades Sayyed Al Chouhada. Le département américain du Trésor a assuré que les Brigades du Hezbollah ont été «formées, financées et soutenues» par les Gardiens de la Révolution islamique d’Iran, et «est à l’origine d’une récente vague d’attaques contre les Etats-Unis et ses partenaires en Irak et en Syrie, à la suite des horribles attaques du Hamas contre Israël». «L’inscription de certains frères sur ce qui s’appelle liste de sanctions américaines est ridicule», a indiqué Abou Ali Al Askari, estimant que «de telles actions ne vont pas dissuader nos courageux combattants». 

Le nombre d’attaques visant les forces américaines et la coalition internationale antidjihadiste en Irak et en Syrie a bondi, depuis le début de la guerre entre Israël et la Palestine, déclenchée le 7 octobre par une attaque sans précédent sur le sol israélien du mouvement islamiste palestinien Hamas.

 Les forces américaines déployées en Irak et en Syrie ont été attaquées plus de 55 fois depuis la mi-octobre, faisant des dizaines de blessés légers parmi le personnel américain, selon le Pentagone. La plupart de ces attaques menées à l’aide de roquettes ou de drones ont été revendiquées par un groupe appelé «Résistance islamique en Irak». «Les frappes calculées de la Résistance islamique en Irak (...) se font selon une stratégie d’usure de l’ennemi, en choisissant le niveau d’escalade des opérations, leur trajectoire et leur timing», assure Abou Ali Al Askari.

Les Etats-Unis comptent environ 2500 soldats en Irak et 900 en Syrie, présents afin d’empêcher une résurgence du groupe Etat islamique (EI). Les Brigades du Hezbollah, ou Kataeb Hezbollah, sont considérées comme une «organisation terroriste» par le Département d’Etat américain depuis 2009.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.