Industrie automobile en Algérie : Les perspectives de développement en débat à Turin

31/05/2023 mis à jour: 11:39
3775

La capitale emblématique de l’industrie automobile italienne, Turin, a abrité, avant-hier lundi, un forum économique dédié aux «perspectives de développement de l'industrie automobile en Algérie», a indiqué l’agence de presse APS. 

Organisé par l'ambassade d'Algérie en Italie, en collaboration avec l'Association nationale de la filière de l'industrie automobile italienne «Anfia» et en partenariat avec le groupe «Fiat», l’événement a permis, selon la même source, «de présenter aux équipementiers italiens du secteur automobile les avantages comparatifs et les opportunités d'investissement que recèle le marché algérien, à la lumière de l'amélioration substantielle du climat des affaires et de l'implantation récente du groupe "Fiat" à Oran, dont la production locale est prévue pour la fin 2023.»

Le Forum a connu la participation d'une cinquantaine d'équipementiers italiens et d'une centaine d'opérateurs économiques, responsables locaux et experts des deux côtés. Il a été ouvert, dans la matinée, par une session plénière, marquée par les interventions du ministre de l'Industrie et de la Production pharmaceutique, Ali Aoun, du vice-ministre italien de l'Entreprise et du Made in Italy, Valentino Valentini, du président de l'Anfia, Paolo Scudieri, de l'ambassadeur d'Algérie en Italie, Abdelkrim Touahria, du PDG de «Fiat» et «Global CMO de Stellantis» Olivier François et de la conseillère aux activités productives de la municipalité de Turin, Gianna Pentenero.

Les intervenants algériens n’ont pas manqué de souligner l'adoption d'un nouveau cadre réglementaire très attractif aux IDE. Ils ont, également, donné un aperçu général sur le marché de l'automobile en Algérie et ses nombreux atouts, à l'instar des coûts d'énergie compétitifs, des avantages fiscaux et de l'ouverture sur les marchés africains. 

Pour leur part, ajoute l’APS, les intervenants italiens se sont félicités du développement «sans précédent» que connaissent les relations algéro-italiennes depuis quelques années, tant sur le plan politique qu'économique et commercial. Ils ont présenté l'Algérie comme «un partenaire fiable», offrant des opportuni-tés intéressantes aux entreprises italiennes. Ils ont, par ailleurs, souligné l'expertise et «l'excellence de fabrication» dont jouissent les opérateurs et équipementiers italiens de l'automobile, disposés à faire bénéficier l'Algérie de leur savoir-faire avéré. 

Les travaux du Forum se sont, ensuite, déclinés sous forme de deux panels thématiques, le premier consacré au «climat des affaires et la compétitivité de l'économie algérienne», et le second dédié aux «perspectives de développement de l'industrie des composants automobile en Algérie». Une autre rencontre a été organisée, en parallèle, entre le ministre de l'Industrie et de la Production Pharmaceutique, Ali Aoun et les représentants de quelques entreprises italiennes souhaitant mener des projets en Algérie, dont «Adler», «CNH Industrial» et «Giacalone Shipyard Cantiere Navale».

Il convient de souligner que le Forum a été précédé d'une réunion bilatérale entre le ministre Aoun et le vice-ministre italien Valentini, élargie par la suite aux représentants du groupe «Stellantis», afin de discuter des projets de coopération industrielle, notamment dans la filière automobile.  Des visites à l'usine «Fiat» et au musée de l'automobile de Turin ont, également, été organisées au profit de la délégation algérienne, hier mardi. 

A la clôture des travaux, l'ambassadeur, Abdelkrim Touahria, a invité les équipementiers présents au Forum à effectuer une visite à Oran dans l'optique de s'imprégner davantage des caractéristiques et des besoins du marché local, notamment ceux de l'opérateur «Fiat».

Copyright 2024 . All Rights Reserved.