Ighram (Akbou) : L’APC manque de personnel

19/03/2023 mis à jour: 07:25
971

L’APC d’Ighram enregistre un déficit chronique en personnel, nous a confié le premier magistrat de la commune, Madjid Hamidouche. «La carence touche essentiellement le personnel de sécurité ou de gardiennage.

Cela nous pose un sérieux problème pour sécuriser les biens communaux», a-t-il fait savoir. «Les ouvriers professionnels en poste sont lourdement pénalisés par ce manque, car il induit une surcharge de travail pour ces employés communaux», a-t-il ajouté.

L’édile communal a estimé à dix le nombre de postes à pourvoir, pour atteindre un fonctionnement optimal des services concernés.
Certaines infrastructures sont à la merci de la dégradation et du pillage comme le cas du lycée 800/200 récemment érigé à hauteur de la localité Bouhekim et qui ne bénéficie encore d’aucune sécurité,  qu’il soit de jour ou de nuit.

Même le secteur de la restauration scolaire n’est pas épargné par cette disette en ressources humaines, selon le P/APC. «Les cantines scolaires tournent généralement avec un seul agent, là où il en faut au minimum trois pour assurer un service correct.

De ce fait, les employés sont soumis à un rythme de travail intenable, qui ne manquera pas de se déteindre sur leur état de santé et la qualité du service», a déploré le maire, tout en rappelant que cette situation dure depuis de longues années.

«Depuis l’avènement de la crise économique, il y a près de huit ans, les collectivités locales ont été instruites de ne pas procéder à de nouveaux recrutements.

Hormis le remplacement des départs à la retraite et de rares intégrations dans le cadre du dispositif de l’ANEM, notre commune tourne avec le même effectif, alors que les besoins imposés par le service public ne cesse de progresser», a souligné notre interlocuteur.

Ainsi, le P/APC estime que la seule solution, c’est de lever le gel sur les recrutements. «Si les pouvoirs publics se décidaient à autoriser ces recrutements, nous aurions une sacrée bouffée d’oxygène, au même titre que toutes les collectivités territoriales qui traînent les mêmes carences.

Car l’enjeu est de préserver nos équipements et notre patrimoine, qui ont coûté des sommes faramineuses au trésor public», a plaidé le maire d’Ighram. 
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.