Grèce: la justice abandonne les charges contre les humanitaires, à la demande de l'ONU

13/01/2023 mis à jour: 01:10
AFP
178

Le Haut-Commissariat aux droits de l'Homme a demandé vendredi 13 janvier à la justice grecque d'abandonner toutes les accusations retenues contre des humanitaires portant secours aux migrants et dont le procès se déroule actuellement sur l'île de Lesbos en Grèce. «Ce genre de procès est vraiment inquiétant, parce qu'il criminalise les actions qui sauvent la vie des gens», a dénoncé Elizabeth Throssell, une porte-parole du Haut-Commissariat, lors du briefing régulier de l'ONU à Genève. La justice grecque accuse 24 travailleurs humanitaires d'«espionnage», parmi lesquels la réfugiée syrienne Sarah Mardini, qui a inspiré avec sa sœur nageuse olympique une fiction diffusée sur Netflix.

«Un impératif humanitaire et des droits humains»

«Sauver des vies et fournir une aide humanitaire ne devrait jamais être criminalisé. De telles actions sont, tout simplement, un impératif humanitaire et des droits humains», a insisté la porte-parole du Haut-Commissariat.

La Cour de Mytilène, chef-lieu de l'île grecque de Lesbos, devait rendre sa décision dans la journée sur l'annulation éventuelle d'une partie de la procédure, celle portant sur les accusations d'«espionnage» en raison de vices de procédure.

Si elle était décidée, elle mettrait un terme immédiat à ce procès dénoncé comme une «farce» par Amnesty International. Le procureur a demandé vendredi matin cette annulation, selon une correspondante de l'AFP sur place.

Une criminalisation jugée injuste

Elizabeth Throssel a insisté sur «l'effet dissuasif» de ce genre de poursuites, «les défenseurs des droits de l'homme et les organisations humanitaires ayant été contraints de suspendre leur travail en faveur des droits de l'homme en Grèce et dans d'autres pays de l'UE», a-t-elle souligné.

«Malgré le besoin critique d'assistance vitale en Méditerranée orientale», où près de 500 migrants sont morts ou ont disparu depuis 2021 selon l'Organisation internationale pour les migrations, «il n'y a actuellement aucune organisation civile de recherche et de sauvetage opérant en Grèce», a rappelé Elizabeth Throssell.

Le Haut-Commissariat craint également que la législation dans un certain nombre de pays européens «ne soit utilisée pour criminaliser à la fois les migrants et ceux qui les assistent», a-t-elle souligné, ajoutant que «la lutte contre le trafic de migrants repose en fin de compte sur l'amélioration des voies sûres pour la migration régulière».

Vices de procédure

La justice grecque a annulé vendredi 13 janvier la procédure pour «espionnage» , a annoncé la Cour de Mitilène où sont jugés ces bénévoles, mettant un terme à un procès controversé dénoncé par l'ONU et des ONG.

La Cour de Mytilène, chef-lieu de l'île grecque, a pris cette décision en raison de vices de procédure, notamment l'absence de traduction de l'acte d'accusation à destination des accusés étrangers, selon le tribunal, alors qu'une procédure distincte notamment pour trafic de migrants est toujours en cours d'instruction.

Copyright 2023 . All Rights Reserved.