Ghali salue "la position de principe" de la Tanzanie en faveur du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination

08/12/2022 mis à jour: 09:39
APS
1392
Le président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), Secrétaire général du Front Polisario, M. Brahim Ghali

Le président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), Secrétaire général du Front Polisario, M. Brahim Ghali, a salué mercredi à Dodoma (Tanzanie) la "position de principe" de la Tanzanie en faveur du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination, depuis le déclenchement de la lutte de libération contre l'Espagne et le Maroc.

Dans une allocution devant les participants au 10e Congrès du Parti tanzanien de la Révolution (Chama Cha Mapinduzi), qui se tient mercredi et jeudi, M. Ghali a affirmé que la position de principe de la Tanzanie procède de la conviction ferme que la tolérance de tout acte irresponsable est "un crime contre l'Afrique car il sape les fondements de l'UA et tend à détruire ce socle continental de l'intérieur".

Le Président sahraoui a passé en revue, à cette occasion, "les liens historiques étroits unissant le Parti tanzanien et le Front Polisario", affirmant que les deux partis partagent avec tous les mouvements de libération et les partis progressistes africains, les mêmes principes et les mêmes objectifs nobles, notamment lorsqu'il s'agit d'œuvrer pour l'unité des peuples d'Afrique et la libération du continent des résidus du colonialisme, et d'intensifier les efforts en vue de relancer l'action africaine commune (...)".

M. Ghali a remercié, au nom du peuple et du Gouvernement sahraouis, et du Front Polisario, la présidente de la Tanzanie, Mme Samia Suluhu, ainsi que les dirigeants du parti tanzanien, pour "la position honorable de la Tanzanie en faveur du droit inaliénable de notre peuple à l'autodétermination et au recouvrement de la souveraineté sur l'ensemble de ses territoires, et partant la décolonisation de la dernière colonie en Afrique".

Le Président sahraoui a rappelé, à cette occasion, les sacrifices de la Tanzanie et de son peuple, sous la conduite du parti de la Révolution, ainsi que ses souffrances en raison de l'embargo économique injustement imposé à cause de son soutien aux mouvements d'émancipation en Afrique et dans le monde.

Cela, ajoute M. Ghali, "n'a pas empêché la Tanzanie de défendre les hautes valeurs humaines qui soulignent les droits des peuples à l'autodétermination, à la démocratie et à l'égalité et réaffirment que la paix mondiale ne saurait se réaliser sans le respect mutuel et la coopération fructueuse entre les peuples et les nations, l'application de la légalité internationale et le rejet de toutes les formes d'injustice et d'agression".

M. Ghali prend part aux travaux du parti tanzanien de la Révolution après voir reçu une invitation officielle de la présidente du parti et présidente de la République fédérale de Tanzanie Samia Suluhu. Il s'est rendu à Dodoma, à la tête d'une importante délégation regroupant plusieurs hauts responsables dont le ministre des Affaires étrangères, Mohamed Salem Ould Salek.

Le parti tanzanien de la Révolution est connu pour ses positions de solidarité et de soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et à l'indépendance, revendiquant la décolonisation de la dernière colonie en Afrique.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.