Gestion par l’absurde !

08/02/2022 mis à jour: 19:14
1034

Le citoyen est de plus en plus désemparé face à la situation qu’il vit. Il se retrouve soumis à un rythme effréné de la hausse des prix des produits de première nécessité et parfois même de leur rareté. La pénurie de lait s’ajoute à celle de l’huile de table ou encore à celle d’une toute autre nature, mais foncièrement vitale, puisqu’il s’agit du médicament. 
 

Sur ce chapitre précis, il n’est pas question de rabâcher le sempiternel manque de certains médicaments indispensables dans le traitement des cancers, mais tout simplement de ceux figurant dans le protocole médical anti-Covid. Une pandémie qui sévit depuis maintenantt deux ans. Malheureusement, il faudra ajouter à cette inconfortable réalité du quotidien du citoyen le spectre de la hausse des prix de certaines denrées alimentaires pour ne rester que dans le chapitre des besoins primaires de la population. 
 

Les autres préoccupations d’ordre matériel, à l’image de l’acquisition d’un véhicule ou encore du choix d’un modèle de société, ne figurent pas à l’ordre du jour ! Depuis quelque  temps, les discussions sont alimentées par le spectre des augmentations des prix du pain et de la viande blanche. Dans certaines wilayas de l’intérieur du pays, les boulangers imposent d’ores et déjà la baguette à 15 Da au lieu de 10. Il n’est pas exclu que d’autres villes leur emboîtent rapidement le pas à voir l’inertie qu’affichent les responsables concernés face à cette triste réalité. Pour ces derniers, le coupable est tout désigné. C’est le citoyen spéculateur qui programme et qui exécute ces pénuries cycliques. 
 

Preuves à l’appui, ces officiels n’hésitent pas à s’aider de statistiques douteuses, vite remises en cause au sein même de l’hémicycle de l’Assemblée populaire nationale. D’autres raisonnements par l’absurde, dont les auteurs ne sont que des commis de l’Etat, parlent de l’abondance de certains produits alimentaires sur le marché, quand ces mêmes produits restent figés sur les étals, tout simplement à cause de leurs prix inabordables ! C’est dire que dans l’esprit illuminé de ces gestionnaires, la rareté crée l’abondance ! Une telle attitude ne peut rassurer une population associée à tous les échecs, y compris la campagne de vaccination et la flambée des contaminations par la Covid-19. Le fatalisme, l’esprit rebelle des Algériens sont autant d’arguments, stéréotypés, entre les mains des pouvoirs publics pour faire porter le tort, encore une fois de plus, sur les épaules frêles du citoyen. 
 

Cette indifférence, qui cache mal une incompétence avérée à gérer les affaires publiques dans une vision anticipée, inquiète davantage, tant elle n’augure rien de positif dans l’immédiat. L’embellie pétrolière, qui se dessine à l’horizon, en parallèle à la décrue de la pandémie, pourrait apporter avec elle une éclaircie, qu’on sait artificielle et éphémère. C’est la logique de la dépendance au seul secteur des hydrocarbures qui demeurent, bien sûr, une richesse naturelle.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.