Forum des Métiers de l’industrie pharmaceutique à l’ESST : Développer des compétences scientifiques au profit du secteur

11/06/2022 mis à jour: 07:36
2337
L’ESST vient de valider, auprès du ministère de l’Enseignement supérieur, l’ouverture de masters dans deux spécialités, en l’occurrence chimie pharmaceutique et chimie analytique

La recherche et le développement (R&D), la production, la maintenance, l’hygiène sécurité et environnement, les systèmes d’information et la Supply Chain, qui constituent, entre autres, les métiers de l’industrie pharmaceutique, ont été présentés jeudi, dans le cadre de la signature de la convention-cadre entre Biopharm et l’École supérieure des sciences et technologies (ESST), par des managers expérimentés dans chacun des différents métiers du groupe pharmaceutique Biopharm à un parterre d’étudiants en première, deuxième et troisième années en sciences et technologies à l’ESST. 

L’Ecole supérieure des sciences et technologies a été agréée par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique en 2019. 

A l’issue de sa première promotion d’étudiants en licence chimie pharmaceutique, l’Ecole vient de valider, auprès du ministère de l’Enseignement supérieur, l’ouverture de masters dans deux spécialités, en l’occurrence chimie pharmaceutique et chimie analytique, dès l’année prochaine, en attendant les autres spécialités (informatique et électronique). «Nous venons juste d’avoir l’autorisation du ministère de l’Enseignement supérieur afin d’ouvrir, pour le moment, ces deux spécialités. 

La licence seule est pour nous insuffisante, car la spécialité nécessite un approfondissement des connaissances pour une meilleure expertise dans le domaine de la chimie pharmaceutique ou du médicament», a déclaré fièrement le Pr Wassila Ferroukhi, directrice de l’ESST, chargée de la pédagogie, après avoir présenté l’Ecole et les différentes spécialités enseignées. 

Insistant sur l’importance des échanges entre les universités pour le développement de la recherche et l’expertise, Amina Guellour, responsable des transferts industriels - nouveaux produits à la direction R&D à Biopharm, a signalé que «la formulation d’un médicament n’est pas chose aisée et il en est de même pour son bon usage», d’où la nécessité de la spécialisation de la formation universitaire dans le domaine. 

Revenant sur les différentes étapes et le cycle de vie d’un médicament jusqu’au produit fini, Mme Gellour a présenté les différents axes s’inscrivant justement dans cette spécialisation qui pourraient intéresser les étudiants, notamment dans le développement galénique et le transfert industriel des nouveaux produits. 

Le contrôle de qualité des médicaments constitue également un des métiers phares dans l’aboutissement du processus industriel vers un produit de qualité. «Un créneau pour lequel plusieurs formations, notamment des masters en chimie analytique et électrochimie, la spectrométrie de masse, les techniques de résonance moléculaire que les étudiants peuvent choisir pour une meilleure expertise», a signalé Idir Boutmeur, chargé du contrôle qualité à Biopharm, tout en expliquant l’internet de la formation pour chaque métier. 

La production et maintenance, hygiène sécurité environnement, planification de la production et systèmes d’information, et la Supply Chain font partie de la panoplie des métiers qui font appel à d’autres spécialités diplômantes en sciences et technologies, ont souligné les intervenants chacun dans sa spécialité. 

Ils ont insisté sur l’importance de la formation dans le domaine des systèmes d’information, la maîtrise des statistiques et des procédés de transposition d’échelles, les bonnes pratiques de fabrication avec l’intégration de l’intelligence artificielle dans ces domaines. 

Projets de recherche

Ainsi, la convention-cadre signée par l’ESST et le groupe Biopharm couvre les activités en relation directe avec les missions dévolues à chacune des parties, notamment l’accueil sur les sites industriels de Biopharm SPA des étudiants stagiaires du système LMD (licence/master/doctorat), la formation, le perfectionnement et le recyclage des collaborateurs de Biopharm ; l’échange des connaissances et de compétences techniques et scientifiques.

Le parrainage et le montage des masters professionnalisant, la post-graduation spécialisée ou autres formations qui répondent aux besoins de Biopharm. Il est aussi question de la création d’équipes mixtes de recherche entre le laboratoire R&D de Biopharm et les enseignements-chercheurs de l’ESST dans les domaines de l’innovation pharmaceutique. 

Par cette deuxième convention signée depuis le début de l’année 2022, après celle paraphée avec la faculté de pharmacie, Biopharm entend de nouveau afficher sa conviction que le travail en étroite collaboration avec la communauté scientifique et universitaire est un des tout premiers préalables au développement de l’industrie pharmaceutique nationale. «Biopharm a développer ses relations avec plusieurs universités publiques. 

Nous sommes très contents d’avoir signé la première convention avec une école privée, l’ESST, qui a atteint un certain niveau de maturité. Nous avons agréablement été surpris par cette volonté et ténacité de ses responsables à vouloir développer la relation avec l’entreprise», a déclaré le Dr Abdelouahed Kerrar, PDG de Biopham, à l’issue de la signature de la convention avec Chafik Ferroukhi, le général manager de l’ESST. Il signale : «Nous espérons réellement qu’il y ait un intérêt mutuel pour cette convention, surtout pour les étudiants. 

Nous comptons mettre en place des projets de recherche, comme nous l’avons déjà fait avec l’université de Blida, l’USTHB et l’Ecole polytechnique, leur donner corps et les concrétiser.» 

Pour M. Ferroukhi, cette convention lance une première collaboration avec le secteur de l’industrie pharmaceutique. «Nous sommes très fiers de signé cette convention avec un grand groupe comme Biopharm pour mettre en place une collaboration dans le l’enseignement supérieur», a-t-il déclaré, en précisant que «cela nous permettra de développer des programmes communs dans la formation continue et académique, et mieux encadrer les masters avec les compétences dans le domaine du développement de l’industrie pharmaceutique et construire des ponts avec le secteur». 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.