Édition 2022 du Maghreb-Orient des livres : Retour à la normale… et commémoration du 60e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie !

17/05/2022 mis à jour: 07:21
14092

La vie reprend son cours presque normal après plus de deux ans de crise sanitaire, le Maghreb des livres aussi. Incontournable depuis trois décennies déjà, ce festival littéraire a repris sa part entière de lumière du rayonnement culturel de la capitale française, le week-end dernier, du 13 au 15 mai, avec la tenue de sa 28e édition à l’Hôtel de Ville de Paris.

L’événement, jumelé à l’Orient des livres, dans sa 5e édition, pour former ensemble le désormais «MODEL», a été coorganisé, comme le veut la tradition, par l’association Coup de soleil et l’Iremmo (Institut de recherche et d’études Méditerranée Moyen-Orient).

Et sans grande surprise, le riche programme du salon parisien a été très marqué cette année par la commémoration du 60e anniversaire des Accords d’Évian et de l’indépendance de l’Algérie.

Dans cette première édition «normale» post-pandémie de la Covid-19, notre pays a donc eu la part du lion dans la programmation, dont plusieurs conférences-débats et tables rondes portèrent sur la colonisation et la guerre de Libération nationale : Algérie-France : la guerre en héritage,  1830-1962 : L’Algérie coloniale,  Maroc, Tunisie et Guerre d’Algérie, etc. De même, une dizaine d’ouvrages traitant de sujets divers autour de l’histoire politique algérienne contemporaine ont été mis à l’honneur à travers des entretiens avec les auteurs et des ventes-dédicaces : La vérité est en marche, rien ne l’arrêtera.

La torture, la guerre d’Algérie, la colonisation (L’Humanité, 2022), co-écrit par l’historien Gilles Manceron, le journaliste Charles Silvestre et Pierre Audin, fils du martyr Maurice Audin et porte-flambeau de son combat ; La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962 (éditions du Croquant, 2021) d’Ali Guenoun, historien spécialiste du mouvement national ; Suites algériennes. Tome 1. 1962-2019 (Casterman, 2021) du bédéiste Jacques Ferrandez ; etc.

Le MODEL 2022 a, par ailleurs, rendu un vibrant hommage au regretté Idir, chanteur qui a inscrit à jamais la musique kabyle dans le patrimoine universel, et Jean Daniel, journaliste et fondateur du Nouvel Observateur, qui est, faut-il encore le rappeler, natif et grand ami de l’Algérie. Les deux piliers de la musique et du journalisme franco-algériens nous ont quittés début 2020.

Les soirées d’ouverture et de clôture du Maghreb Orient des livres ont été également assaisonnées à la sauce algérienne, avec les concerts animés respectivement par Behdja Rahal, notre grande artiste de musique arabo-andalouse, et Houria Aïchi, digne fille des Aurès qui lui ont prêté la majestuosité de sa voix et la beauté de ses chants traditionnels.

 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.