Édition 2022 du Maghreb-Orient des livres : Retour à la normale… et commémoration du 60e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie !

17/05/2022 mis à jour: 22:20
5428

La vie reprend son cours presque normal après plus de deux ans de crise sanitaire, le Maghreb des livres aussi. Incontournable depuis trois décennies déjà, ce festival littéraire a repris sa part entière de lumière du rayonnement culturel de la capitale française, le week-end dernier, du 13 au 15 mai, avec la tenue de sa 28e édition à l’Hôtel de Ville de Paris.

L’événement, jumelé à l’Orient des livres, dans sa 5e édition, pour former ensemble le désormais «MODEL», a été coorganisé, comme le veut la tradition, par l’association Coup de soleil et l’Iremmo (Institut de recherche et d’études Méditerranée Moyen-Orient).

Et sans grande surprise, le riche programme du salon parisien a été très marqué cette année par la commémoration du 60e anniversaire des Accords d’Évian et de l’indépendance de l’Algérie.

Dans cette première édition «normale» post-pandémie de la Covid-19, notre pays a donc eu la part du lion dans la programmation, dont plusieurs conférences-débats et tables rondes portèrent sur la colonisation et la guerre de Libération nationale : Algérie-France : la guerre en héritage,  1830-1962 : L’Algérie coloniale,  Maroc, Tunisie et Guerre d’Algérie, etc. De même, une dizaine d’ouvrages traitant de sujets divers autour de l’histoire politique algérienne contemporaine ont été mis à l’honneur à travers des entretiens avec les auteurs et des ventes-dédicaces : La vérité est en marche, rien ne l’arrêtera.

La torture, la guerre d’Algérie, la colonisation (L’Humanité, 2022), co-écrit par l’historien Gilles Manceron, le journaliste Charles Silvestre et Pierre Audin, fils du martyr Maurice Audin et porte-flambeau de son combat ; La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962 (éditions du Croquant, 2021) d’Ali Guenoun, historien spécialiste du mouvement national ; Suites algériennes. Tome 1. 1962-2019 (Casterman, 2021) du bédéiste Jacques Ferrandez ; etc.

Le MODEL 2022 a, par ailleurs, rendu un vibrant hommage au regretté Idir, chanteur qui a inscrit à jamais la musique kabyle dans le patrimoine universel, et Jean Daniel, journaliste et fondateur du Nouvel Observateur, qui est, faut-il encore le rappeler, natif et grand ami de l’Algérie. Les deux piliers de la musique et du journalisme franco-algériens nous ont quittés début 2020.

Les soirées d’ouverture et de clôture du Maghreb Orient des livres ont été également assaisonnées à la sauce algérienne, avec les concerts animés respectivement par Behdja Rahal, notre grande artiste de musique arabo-andalouse, et Houria Aïchi, digne fille des Aurès qui lui ont prêté la majestuosité de sa voix et la beauté de ses chants traditionnels.

 

Copyright 2022 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer