Eau potable : Les grandes villes seront mieux alimentées cet été

30/05/2022 mis à jour: 10:38
1240
Le taux de distribution d’eau pourra atteindre «les 80% par jour dans la capitale»

Le taux de remplissage des barrages à l’échelle nationale a atteint 44,5%. C’est ce qu’a révélé hier à la chaîne de télévision Echorouk TV Omar Bougueroua, inspecteur général du ministère des Ressources en eau et de la Sécurité hydrique.

 Il a aussi annoncé que le taux de remplissage des barrages à l’ouest du pays a augmenté de 25% par rapport à l’année dernière et celui des barrages «Taksebt, Douéra et Boukourdane» s’est nettement amélioré. «Nous pouvons dire que, comparativement au début de l’année, ces taux sont moyennement acceptables», a-t-il précisé. 

Cette situation va permettre une amélioration du ratio de distribution d’eau dans la capitale, à Constantine et Oran. Le taux de distribution d’eau pourra atteindre «les 80% par jour dans la capitale». 
 

Assurer l’alimentation en eau potable dans les régions impactées par le stress hydrique et éviter une crise de la soif ont été l’un des défis majeurs de l’année 2021, à travers notamment la mise en œuvre des programmes d’urgence. 

Cela s’est traduit par la réalisation de plus de 600 forages dans les régions affectées et la mise en service de plusieurs stations de dessalement de l’eau de mer, pour compenser le déficit en eau superficielle. Outre la capitale du pays et les sept wilayas du Centre, ces programmes d’urgence ont concernés 12 wilayas des régions Est et Ouest. 
 

Parallèlement à ces efforts, un nouveau programme de distribution de l’eau a été mis en place depuis juin dernier, permettant de rationaliser l’utilisation de la ressource et sa répartition juste aux habitants. Toutefois, la question du non-respect des horaires fixés a été fortement soulevée par les citoyens. 
 

Avec les nouveaux chiffres du taux de remplissage des barrages, on s’achemine vers un été moins difficile. Mais, avertissent les spécialistes de la question, il ne faut pas trop pavoiser, car le pays reste confronté au même défi : «Mieux gérer les ressources en eau.» Les besoins du pays sont énormes en matière d’eau potable pour la population, mais aussi pour l’industrie et surtout l’agriculture. 

L’Algérie dispose actuellement de 75 barrages en cours d’exploitation pour une capacité globale de 8,11 milliards de mètres cubes d’eau, 5 qui entreront en service prochainement, en sus de 5 autres barrages en cours de réalisation. 
 

«Nous travaillons pour ne pas enregistrer d’interruption dans l’approvisionnement en eau le jour de l’Aïd Al Adha», a mis en exergue Omar Bougueroua. Durant cette fête religieuse, une hausse de consommation est enregistrée, particulièrement durant la matinée du premier jour de sacrifice. «Cela engendre une baisse rapide du niveau des réservoirs, causant une perturbation dans l’alimentation en eau potable», note le département ministériel. 

La consommation journalière pendant le premier jour de l’Aïd (août 2020) a atteint 10 millions de mètres cubes au niveau national, une quantité qui a été écoulée pendant 5 heures (de 9h à 14h). 

Il faut préciser que ce phénomène n’est pas propre à l’Algérie, mais que c’est une tendance dans l’ensemble des pays musulmans, accentuée par la hausse des températures. 

Copyright 2022 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer