Djamel Belmadi ne croit plus en Collina

14/06/2022 mis à jour: 14:05
2010
Photo : D. R.

Le sélectionneur national des Verts, Djamel Belmadi, est revenu, avant le match amical Iran - Algérie (1-2), disputé dimanche soir, à Doha, sur les réserves algériennes déposées auprès de la FIFA contre l’arbitrage du Gambien, Bakary Gassama.

A la question de savoir s’il fallait clore le chapitre Algérie – Cameroun  ou  plutôt attendre la décision finale de la FIFA, qui n’a toujours pas été communiquée de manière officielle, l’entraîneur algérien a, d’abord, tenu à remercier tous ceux qui ont essayé d’«intervenir» ou de manifester leur mécontentement, car il a estimé que les Algériens connaissent bien le football et restent très attachés à leur équipe nationale.

Il considère que si ces gens réagissent ainsi c’est parce qu’ils savent qu’ils ont été lésés avant de poursuivre : «Quand je dis que le dossier déposé par la FAF auprès de la FIFA est lourd, c’est que je sais ce qu’il y a à l’intérieur, notamment par rapport au technique, qui me concerne. Je ne suis ni avocat ni juriste. Je suis entraîneur. Le contenu, le communiqué de la FAF, qui est sorti, a pu l’expliquer.

Ce que je retiens, c’est surtout le rapport d’une société qui travaille sur l’intelligence artificielle via des algorithmes. Beaucoup de clubs comme Liverpool sollicitent ces sociétés. Ces dernières qui sont tout à fait indépendantes et ont aussi l’habitude de travailler avec la FIFA, l’UEFA et le CIO, n’ont rien à voir avec l’Algérie.

J’ai pu voir le rapport de 10 pages, très détaillé, très technique. Un jour, peut-être sortira ce rapport. Moi, je l’ai, mais ce n’est pas à moi de le diffuser. Les sceptiques ou ceux qui avaient envie d’avoir une autre lecture de ce match-là (ndrl : Algérie – Cameroun 1-2), n’ont qu’à voir ce que peut dire une société comme celle-là. Et je peux vous dire que ce rapport est accablant».

Avant d’ajouter : «Par contre, j’ai été très désagréablement surpris qu’après ce rapport très technique de cette société, le responsable de l’arbitrage au niveau de la FIFA, à savoir M. Pierluigi Collina, nous envoie quelques lignes en nous disant tout simplement que l’erreur est humaine.

S’il a été installé à ce poste, c’est pour mettre toute son expérience au service de l’arbitrage mondial et non pas pour nous sortir des phrases simplistes comme quoi l’erreur est humaine». Belmadi a rappelé que l’Italien a été un fervent défenseur de la technologie de la VAR. Il s’est rappelé qu’en 2018, il avait pris part à une réunion des techniciens à Londres après le Mondial russe.

A l’époque, l’ancien arbitre Pierluigi Collina a, pendant plus d’une demi-journée, loué le mérite de la VAR et son apport pour limiter les erreurs dans les rencontres. Le coach poursuit ensuite : «M. Collina a mis toute une demi-journée à nous vendre cette VAR pour qu’il nous sorte, après, que l’erreur est humaine. L’arbitre (Ndrl: Bakary Gassama) ne va la voir qu’une seule fois, alors qu’il a été très clairement sollicité.

La VAR a été faite pour que l’erreur humaine soit réduite au maximum. Donc, c’est l’incompréhension totale. Je parle en mon nom, en ma position de coach, je n’ai plus confiance en tous ces gens, qui sont, il ne faut jamais l’oublier, au service du football.

La posture qu’ils doivent avoir c’est qu’ils sont au service du football et qu’ils ont des devoirs par rapport au football et surtout des devoirs de mettre en application tout ce qu’ils ont pu dire ou faire auparavant.

Concernant notre match c’est complètement oublié. Néanmoins quand on voit les réponses qu’on a pu nous envoyer, c’est totalement un manque de respect à notre Fédération et à notre pays».

Pour rappel, enfin, hormis le courrier envoyé par la commission d’arbitrage de la FIFA dans lequel  elle a débouté la FAF, la FIFA n’a toujours pas communiqué sa décision officielle. Du coup, la FAF se trouve dans l’incapacité de porter l’affaire devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.