Délocalisation d’un souk informel à Guelma : Une artère libérée, une autre investie

26/03/2022 mis à jour: 11:32
1726
Ce n’est que jeudi dernier que les engins ont débuté les travaux de terrassement ( photo : el watan)

Le marché informel des fruits et légumes implanté depuis de nombreuses années à proximité de l’hôpital mère-enfant de la cité Khalla, à la périphérie sud-est de la ville de Guelma, a fait l’objet, mercredi dernier, d’une délocalisation menée par les forces de l’ordre, suivie d’un nettoyage et un chaulage des lieux par les agents de l’APC. 

Libérant ainsi la voie publique sur cet axe routier débouchant, de part et d’autre, sur des carrefours névralgiques, plus de 70 marchands ambulants ont été dirigés vers une route, certes moins fréquentée, mais contre toute attente non aménagée, à la nouvelle ville de Guelma. «Nous sommes plus de 70 marchands ambulants à avoir été délocalisés. C’était prévisible depuis quelques semaines déjà. Ils ont tracé les bornes de chaque stand à la va-vite. Jeudi il y avait beaucoup de boue. Nous n’avons pas pu travailler», a déclaré un marchand à El Watan. Et de conclure en colère : « Les autorités n’ont même pas préparé les lieux pour notre installation».

 En effet, ce n’est que dans la matinée de jeudi dernier que les engins ont débuté les travaux de terrassement, sur cette portion de terre en présence d’un dispositif sécuritaire. Ainsi, il s’agit d’une délocalisation dans la précipitation ou rien n’a été convenablement pris en considération. «Je n’ai pas fermé l’œil durant la nuit. J’ai une cargaison de 350 000 dinars de fruits et légumes dans ma camionnette, qui commence à flétrir. Tout a été chamboulé. 

D’autres personnes sont venues réclamer un endroit ici alors qu’ils ne font pas partie des marchands de la cité Khalla», a dénoncé un vendeur visiblement dépassé par les événements. Mais qu’en est-il au juste? 

Pourquoi une telle précipitation d’autant qu’il s’agit là d’une délocalisation, sans nul doute, momentanée. «Ici à Guelma les décisions sont prises et les résultats sont très souvent contraires à la réglementation», avancent des citoyens. Des espaces de commerce à l’air libre sont créés alors que les marchés couverts et les locaux en dur sont vides depuis même des décennies.

 On cite l’exemple édifiant des locaux destinés à abriter ce genre d’activité de proximité, dont entre autres, ceux construits par Batimetal, sont soit vides ou loués pour d’autres activités. Sans commentaire ! 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.