Croissance verte : Le Royaume-Uni «à la traîne»

24/01/2023 mis à jour: 07:38
AFP
312

Le Royaume-Uni, qui vise la neutralité carbone en 2050, est «à la traîne» sur les industries «vertes» comparé aux Etats-Unis et à l’Union européenne, a prévenu hier le directeur général de la CBI, la principale organisation patronale britannique. «Le Royaume-Uni prend rapidement du retard par rapport aux Américains et aux Européens, qui dépensent plus et sont plus malins que nous», a critiqué Tony Danker, le patron de la CBI, selon des extraits d’un discours prévu hier en milieu de journée et transmis à l’AFP. «Nous sommes derrière les Allemands sur les pompes à chaleur, l’isolation et la rénovation des bâtiments, les Français sur l’infrastructure de recharge des véhicules électriques et les Etats-Unis sur les projets de captage et de stockage du carbone», a-t-il détaillé, ajoutant que Londres est aussi à la traîne sur le financement de projets liés à l’hydrogène. Les Etats-Unis ont mis en place un plan prévoyant des milliards de dollars de subventions pour les industriels produisant sur le sol américain des batteries pour véhicules électriques ou des panneaux solaires, en réponse notamment à la politique de subventions très agressive de la Chine. L’Union européenne (UE) tente de son côté de s’organiser pour aider elle aussi son industrie. La France et l’Allemagne ont notamment défini dimanche une «ligne commune» en faveur d’une réponse européenne «ambitieuse et rapide» aux subventions industrielles américaines. «La croissance verte est l’une des grandes opportunités des années à venir» mais le Royaume-Uni «ne peut pas rivaliser avec les subventions américaines et européennes et il doit donc faire preuve d’intelligence et de stratégie», estime M. Danker. Le pays pourrait par exemple faciliter l’approbation de projets «d’infrastructures vertes» ou garantir un prix fixe aux investisseurs dans l’hydrogène, la capture de carbone ou les carburants pour avions durables, comme Londres le fait déjà pour les énergies renouvelables, suggère-t-il. Alors que le pays est au bord de la récession, le chef de l’organisation patronale appelle aussi le gouvernement à poursuivre des déductions fiscales pour les entreprises qui investissent – qui doivent expirer fin mars – pour doper la croissance. M. Danker critique aussi le projet du gouvernement britannique d’abandonner au 31 décembre 2023 toute la législation héritée de l’UE qui n’aurait pas été explicitement maintenue dans le droit national après le Brexit. «Il existe de réelles opportunités pour le Royaume-Uni de réglementer les marchés plus intelligemment que l’UE», mais ce projet «risque de plonger l’industrie dans le chaos juste au moment où nous essaierons de sortir de récession» fin 2023, selon lui.

Copyright 2023 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer