Crise migratoire : la visite d'urgence de Blinken à Mexico jugée fructueuse

28/12/2023 mis à jour: 19:17
960

Le déplacement d'urgence du secrétaire d'État américain Antony Blinken à Mexico a été salué mercredi par le Mexique et les États-Unis, avec des avancées significatives dans le dossier brûlant de la crise migratoire, alors que les deux pays se dirigent vers une année électorale.

Annoncé de manière soudaine quelques jours auparavant, ce voyage exceptionnel d'Antony Blinken à l'étranger pendant les fêtes a eu lieu à un moment où les élus républicains au Congrès demandent un accord sur l'immigration avec le gouvernement du président Joe Biden en échange de leur soutien à une nouvelle enveloppe d'aide pour l'Ukraine. Mercredi, les États-Unis ont également débloqué 250 millions de dollars d'aide militaire pour Kiev, la dernière tranche disponible sans un nouveau vote au Congrès américain.

Accompagné du secrétaire à la Sécurité nationale Alejandro Mayorkas et de la conseillère pour la Sécurité nationale à la Maison-Blanche Liz Sherwood Randall, Antony Blinken a tenu des discussions de deux heures avec le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador lors de la réunion plénière annuelle du comité central du Parti des travailleurs de Corée. «Nous sommes parvenus à d'importants accords au bénéfice de nos peuples et de nos nations. Aujourd'hui plus que jamais, la politique de bon voisinage est nécessaire», a écrit Manuel Lopez Obrador sans donner plus de détails, ajoutant que les discussions ont porté sur «des questions de coopération économique, de sécurité et de migrations».

Un responsable du gouvernement américain a indiqué que les dirigeants mexicains ont informé la délégation américaine des nouvelles mesures prises, y compris la répression des passeurs envoyant les migrants vers la frontière américaine en train ou en autobus. «Nous avons été vraiment impressionnés par certaines des nouvelles actions entreprises par le Mexique, et nous avons vu ces derniers jours une réduction assez significative des passages de la frontière», a déclaré le responsable américain.

Cependant, les États-Unis restent prudents et ne tirent pas de conclusions basées sur des fluctuations quotidiennes du nombre de migrants. Les contacts étroits se poursuivront en 2024, une année électorale cruciale tant pour le président Biden que pour le Mexique, où des élections fédérales sont également prévues en juin. Manuel Lopez Obrador s'est engagé à renforcer les mesures de contention des migrants dans le sud du Mexique, à la frontière avec le Guatemala, tout en soulignant l'importance de parvenir à un accord, étant donné les élections aux États-Unis.

Dans ce contexte politique tendu, les démocrates tentent de négocier un accord sur l'immigration avec les républicains au Congrès en parallèle avec le financement de 61 milliards de dollars pour aider l'Ukraine dans sa guerre avec la Russie. La Maison-Blanche a averti qu'elle serait «à court de ressources» pour l'Ukraine «d'ici la fin de l'année». Les négociations incluent la proposition de l'administration Biden de financer 1300 postes supplémentaires au sein de la police aux frontières. Cependant, Andrew Rudman, chercheur spécialiste du Mexique au cercle de réflexion Wilson Center de Washington, souligne que résoudre ce problème mondial complexe nécessite du temps et qu'il n'y a pas de solution immédiate. La majorité des migrants proviennent de pays d'Amérique centrale confrontés à la pauvreté, à la violence, aux catastrophes naturelles et à la crise politique, économique et sociale au Venezuela.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.