Crise énergétique : Les Européens gagnés par l’inquiétude

28/08/2022 mis à jour: 07:50
1603
La Commission européenne prévoit de réduire de deux tiers la dépendance de l’UE à l’égard du gaz russe cette année

La Premier ministre tchèque, dont le pays assure la présidence de l’Union européenne, a déclaré vendredi que son pays allait convoquer une réunion d’urgence pour faire face à la crise énergétique liée à la guerre en Ukraine. La Présidence tchèque «convoquera une réunion d’urgence des ministres de l’Energie afin de discuter de mesures d’urgence spécifiques pour faire face à la situation énergétique», a déclaré le Premier ministre, Petr Fiala, dans un tweet. Approuvée par Ursula von der Leyen, chef de la Commission européenne, cette décision intervient alors que les 27 Etats membres de l’UE craignent de manquer de gaz cet hiver. 
 

La réduction des approvisionnements et l’inquiétude quant à l’avenir ont provoqué une hausse vertigineuse des prix de l’énergie en Europe. Le ministre tchèque de l’Industrie et du Commerce, Jozef Sikela, a déclaré que le Conseil européen de l’énergie devait se réunir «le plus tôt possible», dans un tweet. «Nous sommes dans une guerre énergétique avec la Russie et cela nuit à l’ensemble de l’UE», a-t-il souligné. Vendredi, l’Allemagne et la France ont annoncé des prix record pour l’électricité en 2023, les contrats à l’horizon d’un an ayant bondi à 850 euros le mégawattheure en Allemagne et à plus de 1000 euros en France, contre 85 euros dans les deux pays l’an dernier. 
 

La Commission européenne prévoit de réduire de deux tiers la dépendance de l’UE à l’égard du gaz russe cette année et de mettre fin à sa dépendance à l’égard des fournitures russes de ce combustible avant 2030. 
 

Fortement dépendante des importations de gaz en provenance de Russie, la République tchèque s’est engagée à faire de la sécurité énergétique sa priorité durant sa présidence de l’UE, qui a débuté le 1er juillet. M. Sikela a déclaré que le marché de l’énergie avait cessé de fonctionner correctement suite à la réduction de l’approvisionnement russe. «Dans une certaine mesure, le marché est devenu incontrôlable, la volatilité du marché ne répond plus aux bonnes nouvelles, alors que les mauvaises nouvelles s’accumulent et font grimper les prix», a-t-il déclaré mercredi à la presse. «C’est le problème de toute l’Europe et, bien sûr, si vous avez le marché européen et un problème paneuropéen, la façon la plus simple de chercher une solution est au niveau paneuropéen», a-t-il ajouté, selon des médias occidentaux. 
Parmi les solutions possibles, M. Sikela a mentionné le plafonnement et la diversification des prix en fonction du type de production d’énergie. 

L’UE a ciblé le secteur énergétique russe dans ses sanctions, interdisant les importations de charbon en provenance de Russie. Son plan visant à réduire de 15% la consommation de gaz dans l’ensemble de l’Union pour faire face à la crise des prix de l’énergie est entré en vigueur au début du mois. L’objectif est de permettre à l’UE de renforcer ses réserves de gaz en prévision d’un hiver qui risque d’être très difficile. Certains pays membres ont toutefois obtenu des dérogations à cette règle, car ils sont trop dépendants des approvisionnements russes. 

 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.