Commune de Ben M’hidi (El Tarf ) : Fermeture temporaire de la plage d’El Battah

02/08/2023 mis à jour: 19:31
3980

Le chef de l’exécutif de la wilaya d’El Tarf Harfouche Benarar a signé, le 31 juillet dernier, un arrêté de fermeture provisoire de la plage d’El Battah dans la commune de Ben M’hidi. 

Cette décision, selon le communiqué de la wilaya, a été proposée par la direction du tourisme et de l’artisanat, suite à une correspondance adressée par la direction de la santé et de la population (DSP). Ladite correspondance n°115 a été accompagnée d’un rapport détaillé sur la pollution des eaux de la plage d’El Battah. 
 

Afin de prévenir les risques sanitaires et d’éventuelles contaminations mettant en danger la santé des baigneurs et la biodiversité marine, tout accès a été interdit par les autorités locales. Toutes les directions sans exception ont été également instruites à se soumettre à cette décision du wali et l’appliquer jusqu’à nouvel ordre. 

Les personnes agissant à l’encontre de cette décision feront l’objet de l’application des textes réglementaires en vigueur. Cela, sans que les autorités d’El Tarf donnent plus de détails concernant les causes de la pollution ou les résultats des prélèvements. 
Cette fermeture a suscité de nombreuses réactions chez la population, du fait qu’elle n’est pas la première en son genre. «Je pense que c’est à cause de la pollution provenant du Oued de Seybouse. 

Ce dernier accumule les rejets des zones industrielles de la wilaya de Annaba et de Guelma. Tous ces rejets sont déversés dans les plages d’El Tarf. D’ailleurs, l’année écoulée on a fermé celle d’Echatt. Ça reste des hypothèses à ne pas écarter, mais seul le bulletin d’analyses établi par la direction de la santé pourra fournir les véritables causes de cette pollution. Et si la plage d’El Battah est fermée momentanément, les autorités doivent faire des prélèvements sur les autres plages voisines», a déclaré un écologiste de la région. Et de poursuivre que la biodiversité du littoral d’El Tarf est de plus en plus menacée. 

Cela, ajoute-t-il, non seulement à cause de la centrale thermique qui rejette de l’eau chaude dans la plage régulièrement, mais aussi à cause de l’activité de la station de dessalement qui est en cours de réalisation. «Nous avons deux formations aquatiques qui produisent de l’oxygène. Il s’agit de la plante posidonie et du corail. De nombreux poissons se nourrissent de ces formations. Certes, le corail résiste au chaud et au froid, mais il est menacé s’il vit dans une chaleur constante.  

Mais ce qui va provoquer la mort sûre de ces formations, c’est la saumure. À cause du rejet de la station de dessalement dans la mer, il y aura une hausse de la concentration du sel dilué, causant la mort certaine des plantes aquatiques», a regretté notre interlocuteur.     

Copyright 2024 . All Rights Reserved.