Commentaire - FAF-FFF : deux football, deux mondes

21/06/2022 mis à jour: 12:36
1371

La Fédération algérienne de football (FAF) et la Fédération française de football (FAF) ont tenu leur assemblée générale ordinaire à deux jours d’intervalle. Les conditions qui ont présidé à cet important rendez-vous, de part et d’autre, n’étaient pas les mêmes.

Pour la FAF, l’assemblée générale ordinaire s’est tenue dans des circonstances particulières marquées par de fortes contestations sur fond de crise larvée au sein du Bureau fédéral qui a volé en éclats au bout de 12 mois d’existence, et un bilan catastrophique, surtout sur le plan financier. De son côté, la fédération française s’est réunie normalement sur les bords de la Méditerranée, ses dirigeants ont présenté le bilan de l’exercice, bien meilleur que celui de leurs collègues de l’autre côté de la Méditerranée, le tout dans une ambiance bon enfant.

Le contraire de ce qui s’est passé à Aïn Benian, où l’irrespect, l’insulte, la provocation, l’intimidation étaient de mise. Passons et arrêtons-nous sur l’essentiel, le plus important. C’est-à-dire le bilan et les prévisions. Les dirigeants français qui sont à la veille de la participation à la Coupe du monde 2022 où leur équipe défendra le titre acquis en 2018, ont présenté un bilan équilibré et ont annoncé l’augmentation substantielle de l’aide au football amateur.

Dans le communiqué qui a sanctionné l’assemblée générale tenue à Nice la 3F a annoncé «un budget prévisionnel 2022-2023 en légère hausse et le football amateur en profitera avec une enveloppe record» Elle a annoncé qu’elle «consacrera 40% de ce budget au football amateur et va lui verser 101,1 M€, soit le montant le plus élevé jamais donné aux amateurs. Pour la saison 2021-22, il était de 90 M€».

Pour sa part la Fédération algérienne de football s’est contentée d’annoncer le chiffre renversant de son déficit (des dizaines de centaines de milliards) que l’Assemblée générale a validé sans aucun remord. 

Sans manifester le moindre intérêt ou gêne vis-à-vis du football amateur. Tout l’argent de la fédération est consacré aux équipes nationales, aux clubs professionnels et au fonctionnement de la fédération.

Elle arrose ces parties, sans se soucier de l’état de délabrement avancé du football amateur. Pourtant, plus de 80% de la composante de l’Assemblée générale est issue du football amateur.  Ses «représentants» à l’AG de la FAF ne défendent pas le football amateur. Ils défendent leurs simples et sordides intérêts.

Une grosse partie des miettes que la FAF lâche aux ligues sert à acheter des véhicules qu’utilisent personnellement et exclusivement la classe dirigeante et sa progéniture, pour payer une partie du déficit (salaires, indemnités…), des bons d’essence, des frais de séjour dans des hôtels et des déplacements des dirigeants en costumes-cravates, et d’autres frais qui n’ont rien à voir avec le développement du football.

La fédération française, dont la direction est la véritable émanation du choix libre des hommes et dirigeants du football amateur, a décidé d’octroyer au football amateur, ses ligues surtout, plus de 2 millions d’euros de carburants et une aide financière pour la construction de 200 stades de quartiers.

Les deux fédérations évoluent dans deux mondes de football différents. Ce qui s’est passé jeudi à Ain Benian et qui va encore durer renvoie la vraie et triste image du football livré à une faune de prédateurs sans foi ni loi.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.