Commentaire / Différend FAF-Belmadi : Sadi lui a laissé la main de choisir

22/02/2024 mis à jour: 16:02
2707

Comme indiqué dans nos précédentes éditions, la Fédération algérienne de football (FAF) a répondu, dans les délais fixés par Djamel Belmadi (8 jours ?), à la missive de l’entraîneur qui lui a demandé de lui soumettre une proposition (écrite) pour une éventuelle séparation à l’amiable. 

Dans le cas contraire, il porterait le différend devant les instances de la FIFA. Dans sa réponse transmise le 18 février 2024, l’instance faîtière a réitéré sa première proposition formulée dans le bureau du président et en présence des membres du staff technique qui, lui, a paraphé l’accord de la séparation à l’amiable convenu la veille du retour au pays au lendemain de la défaite face à la Mauritanie (0-1).

 La fédération a indemnisé les membres du staff à hauteur de deux salaires. Elle a proposé trois mois à Djamel Belmadi qui n’a pas accepté. Dans ce qui semble être l’ultime échange épistolaire, du côté de la FAF, celle-ci reste dans ses clous. 

C’est-à-dire lui verser trois mois de salaire et rompre la relation de travail à l’amiable. De facto, cette dernière est entamée depuis l’instant où la fédération a lancé le processus de candidature pour le poste de sélectionneur. Mieux, il arrive à terme. Cela signifie que l’aventure entre les deux parties est terminée. 

Par sa réponse (définitive ?), elle a fermé la page Djamel Belmadi. Elle lui a même laissé la main. C’est-à-dire accepter la proposition ou la rejeter. Deux options s’offrent à lui. Il prend trois mois de salaire et résilie son contrat à l’amiable ou porte l’affaire devant la FIFA. Il a la main sur ce chapitre. C’est lui qui décide de ce qui adviendra. Il n’y a pas de troisième option.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.