Colombie : La dissidence des FARC rassemblée derrière son chef «pour la paix»

18/04/2023 mis à jour: 11:34
AFP
602
Un groupe dissident des FARC déclare entamer des pourparlers de paix avec le gouvernement - Photo : D. R.

A l’initiative du président Petro, un cessez-le-feu bilatéral de six mois a été convenu avec les principales factions de la dissidence des FARC depuis le 1er janvier, ainsi qu’avec d’autres groupes armés.

Les principaux commandants de la dissidence des FARC se sont réunis, dimanche matin, lors d’un rassemblement «populaire», dans le sud de la Colombie, dans les territoires sous contrôle de cette guérilla, pour affirmer leur volonté «de paix» et de négocier avec le gouvernement.

Le numéro un de la dissidence, «Ivan Mordisco», accompagné de son état-major, a été salué par plusieurs milliers de personnes, paysans, membres d’organisations sociales et sympathisants de la rébellion, rassemblés dans une ferme de la savane de la région de San Vicente del Caguan, dans le département de Caqueta.

Donné pour mort l’année dernière par les autorités, Ivan Mordisco, sans arme et en treillis, souriant derrière ses lunettes, a pris place sur la tribune de bois, pour une rare apparition publique, écoutant les harangues successives à la gloire de la «lutte populaire» des «guérilleros», «camarades» et autres «gardes paysannes».

Il est le chef de «l’état-major central des FARC» (EMC-FARC), principale dissidence des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), qui avait refusé de signer l’accord de paix historique de 2016 entre le gouvernement et la guérilla marxiste.Sous son commandement, les dissidents, qui se considèrent comme les vrais héritiers des FARC -longtemps la plus puissante guérilla marxiste d’Amérique latine-, ont fédéré ces derniers mois plusieurs autres «Fronts» de la dissidence opérant dans diverses régions de la Colombie.

Ils sont estimés à près de 3000 hommes et opèrent principalement en Amazonie, sur la côte Pacifique et à la frontière vénézuélienne. Avec ce rassemblement en forme d’engagement pour la paix, dans la savane du Yari, dans les piémonts amazoniens, les dissidents des FARC répondent ainsi à la proposition de négociation par le président de gauche Gustavo Petro, élu à l’été 2022, qui ambitionne de rétablir une «paix totale» dans le pays, après plus d’un demi-siècle de conflit interne et où continuent de sévir de nombreux groupes armés.

A l’initiative du président Petro, un cessez-le-feu bilatéral de six mois a été convenu avec les principales factions de la dissidence des FARC depuis le 1er janvier, ainsi qu’avec d’autres groupes armés. «Avec ce gouvernement démocratique, nous pensons que les conditions d’un dialogue sont réunies et que le moment est propice pour commencer un dialogue.

Nous voyons une volonté de compromis de la part du gouvernement», a expliqué à l’AFP le commandant Danilo Alvizu, l’un des chefs de l’EMC-FARC. Le commandement de la dissidence doit faire au cours de ce meeting de «consultation» avec les communautés, une «déclaration politique» précisant sa position sur les négociations à venir.   

Copyright 2024 . All Rights Reserved.