Colombie : début en avril de l'extraction du trésor du légendaire galion San José

24/02/2024 mis à jour: 02:42
1035

Le gouvernement colombien a annoncé vendredi le début, en avril, de l'extraction robotisée d'objets d'une «valeur incalculable» de l'épave du galion espagnol San José, qui a sombré il y a trois siècles dans les Caraïbes avec ses cales remplies d'or et de pierres précieuses.

Le navire, l'un des plus imposants de l'armada espagnole, a été coulé par la flotte britannique au cours de la nuit du 7 juin 1708 près des îles du Rosario, au large de Carthagène des Indes, dans le nord-ouest de la Colombie.

En pleine guerre de succession en Espagne (1701-1712), le galion transportait l'or, l'argent et les pierres précieuses des colonies espagnoles en Amérique vers la cour du roi Philippe V. Seuls quelques membres d'équipage, parmi les 600 à bord, avaient survécu au naufrage.

Sept ans après la découverte de l'épave, les autorités colombiennes vont commencer à remonter les objets visibles autour de l'épave, «sans modifier ou endommager l'épave», tels que des pièces de céramiques, a indiqué le ministre de la Culture Juan David Correa à l'AFP. Il a expliqué que cette première phase permettrait de comprendre le comportement des objets une fois sortis de l'eau.

Le coût des travaux, estimé à 4,5 millions de dollars, sera couvert par l'utilisation d'un robot capable de descendre à 600 mètres de profondeur, là où repose l'épave. L'emplacement précis de celle-ci est gardé secret pour protéger cette découverte, considérée comme l'une des plus grandes de l'histoire des pirates et des chasseurs de trésors.

En 2022, l'armée colombienne avait dévoilé des images inédites de l'épave après quatre campagnes d'observation. Ces images montraient des canons en fonte, de la vaisselle en porcelaine, des poteries, des objets apparemment en or, ainsi qu'une partie de la proue du navire recouverte d'algues et de coquillages.

La propriété du galion est sujette à des contestations depuis sa découverte, avec des revendications de l'Espagne sur la base d'une convention de l'Unesco à laquelle la Colombie n'a pas adhéré, et des allégations d'indigènes boliviens affirmant que les richesses du navire ont été prélevées sur leurs terres.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.