Célébration de la journée mondiale de la diversité culturelle à Bordj Bou Arréridj : Quand l’art et le respect de l’environnement font bon ménage

29/05/2022 mis à jour: 07:30
1827

Pas moins de dix activités artistiques, s’inscrivant dans la célébration de la journée mondiale de la diversité culturelle, ont marqué la manifestation qui s’est étalée du 25 au 29 mai au centre culturel Aicha Haddad de la ville de Bordj Bou Arréridj. 

L’événement a drainé un public avide de renouer avec la culture après plus de deux ans de confinement. 

Au menu de ce rendez-vous tant attendu, un riche programme a été concocté par la direction de la culture : du théâtre, des one man shows, des soirées poétiques, des expositions de toiles d’arts plastiques, des sculptures, des expositions de tenues vestimentaires, de la poterie et du miel. 

Au terme de ces journées, et en guise d’encouragement, des figures du monde de l’art et la culture seront honorées. C’était également l’occasion de se faire connaître pour l’association de la numérisation pour la technologie et la science, présidée par Nacim Louchani et qui compte une trentaine de membres professionnels, qui excellent, entre autres, dans l’art de la photographie. 

Créée en 2021, cette association est, selon son président «la seule start up activant dans le domaine culturel, et qui est classée par le ministère de la Culture». En dépit de son jeune âge, elle a pu glaner quatre prix nationaux dans ses différentes participations, et elle compte contribuer dans le projet Cap Del, initié par le ministère de l’Intérieur avec le concours de l’ONU, dédiée à la ville de Djemila, l’antique Cuicul. Mais le stand qui a volé la vedette a été celui de l’artiste Abdelkrim Gassa, consacré à l’art de la récupération.

 À partir de morceaux de bois, de fils de barbelé, de laine, de débris, de faïence ou de plaques métalliques, qu’il tord, redresse et retord, il parvient à donner naissance à des chefs-d’œuvre contemporains. Dans un style d’hier avec le goût d’aujourd’hui, il conjugue son talent de sculpteur avec des objets de récupération pour créer quelque 300 objets de curiosité qu’il intègre au circuit artistique, à l’instar des produits de recyclage intégrés dans le circuit économique. 
 

Des curiosités inspirées du patrimoine, du passé ou des thèmes d’actualité qui marquent le monde, au grand bonheur des amateurs de l’art, tout en débarrassant l’environnement des déchets nocifs. De quoi dire que l’art et le respect de l’environnement font enfin bon ménage.      
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.