Burkina : l'UE appelle Ouagadougou «à faire toute la lumière» sur un «massacre»

12/11/2023 mis à jour: 10:11
1212
«Près d'une centaine de civils, dont des femmes et des enfants, auraient été tués lors d'un massacre dans le village de Zaongo, dans la région du Centre-Nord du Burkina Faso», selon un communiqué de l'UE.

L'Union européenne a exhorté les autorités de Ouagadougou à élucider un présumé «massacre» de civils qui aurait causé la mort d'environ cent personnes dans le village de Zaongo, région du Centre-Nord du Burkina Faso. 

Un communiqué de l'UE appelle à une enquête approfondie pour déterminer les responsabilités. La responsable des Affaires africaines au département d'État américain, Molly Phee, a exprimé sa consternation et sa tristesse face à cette tragédie, condamnant fermement l'attaque et appelant la junte burkinabè à enquêter. Des hommes non identifiés auraient perpétré le massacre le 6 novembre 2023, selon des sources. Il est essentiel d'éviter des «conclusions hâtives» dans ce contexte, souligne-t-on, rappelant qu'une enquête similaire avait été ouverte après le massacre de 136 personnes à Karma en avril dernier. Le Burkina Faso est confronté à une escalade de violences attribuées à des groupes jihadistes depuis 2015, avec plus de 17 000 décès et deux millions de déplacés internes. Le président de la transition, le capitaine Ibrahim Traoré, a déclaré que la lutte antijihadiste était sa priorité, mais des inquiétudes subsistent quant aux réquisitions de personnes critiques du pouvoir. Human Rights Watch signale une douzaine de dissidents concernés par ces mesures, tandis que le capitaine Traoré a affirmé que les «libertés individuelles ne priment pas sur celles de la Nation».

Copyright 2024 . All Rights Reserved.